S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Idées

Un choc de solidarité

Idées | Bloc-notes | publié le : 03.12.2012 | Catherine Barbaroux

Crédit photo
LE SOCIAL AU CŒUR DE LA COMPÉTITIVITÉ

Le lien croissance-compétitivité-emploi occupe désormais le devant de la scène grâce au débat intense et fructueux ouvert par le rapport Gallois. Dans le pacte gouvernemental qui s’en inspire, il est heureux de constater qu’au-delà des aspects fiscaux ou du soutien à l’innovation l’accent a été mis sur la formation et la gouvernance, avec la participation de représentants du personnel dans les conseils d’administration. La préparation de la conférence sur la pauvreté et l’inclusion sociale, qui va avoir lieu les 10 et 11 décembre, met aussi le projecteur sur le chômage de longue durée. Redoutable défi en période de faible croissance (on n’ose pas dire de récession !) que d’attaquer ce noyau dur du chômage qui touche aujourd’hui plus de 1,8 million de personnes. Pourtant, des solutions existent qui pourraient être autre chose que des bonnes pratiques isolées.

LES NOUVELLES FRONTIÈRES DE LA RSE

Les entreprises « classiques » ne sont pas dépourvues de moyens pour orienter leur action vers la prévention ou la résorption du chômage de longue durée. Elles peuvent analyser régulièrement, pour ne pas les laisser sans solution, les situations d’exclusion interne dues au rythme des changements, aux réorganisations hâtives ou aux vulnérabilités personnelles. Dans les recrutements, il leur est possible, grâce au recours à la médiation active d’opérateurs spécialisés souvent associatifs, soutenus par les collectivités locales, de ne pas céder aux stéréo types et de recruter des personnes en exclusion, notamment dans des métiers en tension. Elles se garantiraient ainsi la fidélité d’une main-d’œuvre qu’elles contribuent à sortir de la précarité. Les plans de formation peuvent aussi mieux répartir l’effort entre ceux qui ont besoin de maintenir des compétences pointues et ceux qui doivent acquérir ou conforter des savoirs de base. Certaines organisations syndicales se disent prêtes à porter davantage attention à ces sujets dans les négociations de branche ou d’entreprise. Acceptons-en l’augure.

LES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS

On espère aussi une exemplarité des administrations, qui tarde à venir, pour l’insertion des jeunes par l’alternance. Comme pour l’insertion des travailleurs en situation de handicap, elles pourraient faire mieux, que ce soit en termes de volume, d’accueil ou d’accompagnement. Mais c’est surtout dans l’extension des clauses sociales des marchés que réside un puissant levier d’intervention sur le marché du travail permettant aux structures d’insertion par l’activité économique de mieux remplir leur mission, de trouver leur équilibre économique et surtout d’offrir des opportunités de mise en emploi efficace des personnes qu’elles accompagnent.

De nombreux postes de facilitateurs ont été créés pour encourager le bon usage de ces clauses sociales. Encore faut-il que les acheteurs privés et publics fassent l’effort de se poser la question. Certes, la complexité est un frein. La démarche est technique. La méthode est exigeante. Mais c’est toujours une source de profit direct et indirect pour ceux qui sauront s’en saisir. Au fond, sur tous ces sujets, il n’y a pas de mauvaise volonté, mais surtout un manque de volonté !

Auteur

  • Catherine Barbaroux