S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Idées

La France fragmentée

Idées | Livres | publié le : 03.12.2012 | Jean Mercier

Image

La France fragmentée

Crédit photo Jean Mercier

Avec ce nouvel essai, Laurent Davezies a voulu étudier le comportement des territoires face au choc de la crise de 2007. Un traumatisme considérable : « Entre 2008 et 2009, la France a perdu 350 000 emplois et le chômage est passé de 7,5 % à 10 %. » Derrière cette vision assez terrifiante s’est produit ce que le professeur au Cnam appelle une « recomposition spectaculaire de la société et des territoires français ». Le pays a explosé en quatre fragments : une France productive et dynamique, celle des grandes villes, qui a plutôt bien résisté, une France non productive qui allie de gros revenus de transferts à une bonne qualité de vie, elle aussi plutôt épargnée, et deux autres populations, regroupées dans des bassins industriels en déclin ou déjà fortement déprimés, qui ont été frappées de plein fouet. Au point que l’on ne voit plus ce qui pourrait leur permettre de recoller au peloton. Face à la violence de cette crise, les amortisseurs sociaux ont joué pleinement leur rôle : l’emploi public a pris le relais du privé, les prestations sociales ont soutenu la consommation. Mais cet alourdissement du poids de l’État providence devient une menace alors que la nécessité de lutter contre la dette publique s’est imposée comme une priorité. « Les dépenses publiques par habitant sont en France 25 % supérieures à la moyenne de la zone euro et les salaires publics par habitant supérieurs de 38 % », souligne Laurent Davezies : c’est dire si les marges de manœuvre apparaissent minces… Le drame, comme le montre l’auteur, vient du fait que, sans ces mécanismes de distribution, un quart du territoire et de la population française sombrerait dans une inexorable régression économique et sociale. Mais combien de temps la partie la plus riche et la plus dynamique du pays acceptera de payer pour maintenir à flot les zones les plus défavorisées ? Si la dépense publique était réduite de 70milliards d’euros, l’Ile-de-France sentirait à peine la douleur, mais les régions déjà pauvres seraient les grandes perdantes. Pour sortir de l’impasse, il n’y a guère qu’un chemin : celui de la croissance. Le seul moyen de sauver le modèle social français est de mener une politique volontariste de redressement productif et d’amélioration de la compétitivité de nos entreprises ; mais cela risque de passer par une aggravation des disparités entre la France dynamique et l’autre. Et, de ce piège, personne ne voit vraiment comment sortir.

La crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Laurent Davezies. Éditions Seuil, collection « La République des idées ». 111 pages, 11,80 euros.

Auteur

  • Jean Mercier