La sécurité de l'emploi est le premier facteur d'attractivité d'une entreprise
Image

E & C : Randstad a publié, le 30 novembre, les résultats d'une vaste étude* évaluant l'image employeur de 150 entreprises (de plus 3 000 salariés) présentes en France, sur la base de 10 critères présélectionnés. Quels en sont les principaux enseignements ?

F. B. : Conjoncture oblige, les premiers critères évoqués pour une image employeur attractive concernent la sécurité d'emploi à long terme, citée par 65 % de l'échantillon, et des salaires élevés (61 %). Arrivent respectivement en 3e, 4e et 5e positions, une ambiance de travail agréable (57 %), un emploi intéressant (54 %) et un bon équilibre vie privée/vie professionnelle (49 %). En clair : les valeurs mises en avant jusqu'à présent comme le leadership, l'innovation ou le management ne font plus recette. Pire, elles arrivent bonnes dernières (entre 4 % et 8 %).

E & C : Dans le classement des critères cités, observez-vous des disparités liées à la sociologie de l'échantillon ?

F. B. : Oui, entre les hommes et les femmes, tout d'abord. Les hommes sont plus sensibles au statut ; les femmes sont, elles, davantage attentives à la qualité de vie au travail. Selon l'âge, nous notons que la sécurité de l'emploi et la santé financière de l'entreprise confortent les seniors, quand les jeunes regardent les éléments de confort individuel et le contenu des missions. Une dernière différence concerne le niveau de diplôme : plus il est élevé, plus l'individu est attiré par la notoriété de l'entreprise et sa dimension internationale. A l'inverse, pour les autres, c'est la stabilité qui est plébiscitée.

E & C : Quelles surprises vous a réservées cette étude ?

F. B. : La position du secteur des services en avant-dernière place du peloton, derrière celui de l'énergie/environnement, qui attire 47 % de l'échantillon, suivi de l'industrie lourde et des nouvelles technologies, drainant toutes deux 43 % des suffrages.

* Échantillon de 10 000 personnes interrogées entre juin et juillet 2009.