Renault veut fixer à ses directions des objectifs sur la diminution du stress

Alors que les préconisations du rapport d'expertise du cabinet Technologia ont été présentées le 14 avril dernier à l'ensemble des élus des CHSCT du Technocentre Renault de Guyancourt (78), la direction des établissements d'ingénierie du constructeur travaille sur plusieurs scénarios destinés à endiguer la progression du stress. Des mesures qui interviendraient en parallèle du plan de soutien aux équipes, lancé en mars 2007 à la suite de la série de suicides de salariés.

Méthode Karasek

Selon nos informations, les directions opérationnelles des sites d'ingénierie (Guyancourt, Rueil-Malmaison, Aubevoye, Lardy) se verraient, ainsi, attribuer des objectifs liés à la diminution du niveau de stress de leurs collaborateurs, calculé selon la méthode Karasek. Toutefois, l'atteinte de ces objectifs n'alimenterait pas les critères traditionnels d'évaluation de la performance des top managers.

La DRH est, par ailleurs, en train de réfléchir à l'intégration des éléments du rapport Technologia dans le plan d'action qui découlera de l'analyse - actuellement en cours - des résultats de l'enquête «Engagement» de décembre 2007. Cette étude annuelle, inaugurée à l'occasion du lancement du «Contrat 2009» de Carlos Ghosn, a pour objectif de mesurer le niveau d'implication des collaborateurs et l'efficacité managériale. « L'idée serait de croiser les sources entre cette étude très orientée management et le rapport du cabinet d'expertise », confirme Pierre Nicolas, délégué syndical central CGT du Technocentre.

Détection et accompagnement

Autre chantier : le déploiement, probablement courant juin, d'une méthode destinée à « l'accompagnement et à la détection des personnes en difficulté ». Cette démarche devrait être prochainement présentée en CHSCT pour une annonce officielle prévue fin mai. Là encore, le projet devrait puiser son inspiration dans les recommandations de Technologia, en particulier celle préconisant une implication forte des acteurs de régulation sociale (RRH de proximité, médecins du travail, assistantes sociales...).

Plus généralement, « les éléments du rapport Technologia font l'objet de discussions entre partenaires sociaux au sein de la commission paritaire ad hoc », indique la direction de Renault. Le 9 avril dernier, cette instance s'est réunie à Rueil-Malmaison pour écouter le psychiatre Patrick Légeron, patron du cabinet Stimulus et auteur, avec Philippe Nasse, du rapport sur les risques psychosociaux remis à Xavier Bertrand le 12 mars.

« Patrick Légeron convient qu'il faut agir sur l'organisation du travail, mais aussi sur les phénomènes de culpabilisation, via, notamment, les mécanismes de reconnaissance professionnelle. Les salariés qui se sont donné la mort subissaient une totale perte d'estime de soi », souligne Pierre Nicolas.

La prochaine réunion de la commission paritaire, le 19 mai, planchera sur la mise en place de nouveaux indicateurs de mesure du stress.