Mesures sociales contre trajets allongés

Les 2 000 collaborateurs de la société d'assurances Aviva ont laissé le centre de Paris pour Bois-Colombes (92), située au nord-ouest de la capitale, leur nouveau lieu de travail depuis juin 2005, date des derniers transferts de personnels opérés par leur employeur. Cet éloignement a quelque peu bouleversé leur quotidien. En effet, si 130 collaborateurs habitent dans les régions périphériques à Bois-Colombes, 350 résident dans Paris, 331 dans la banlieue est et 407 dans l'Ouest. « Pour mesurer exactement les changements supportés en termes de transports, nous avons mandaté la RATP afin qu'elle calcule les nouveaux temps de déplacement de chacun et le différentiel entre notre ancienne et notre nouvelle adresse », informe Bernard Durand, DRH d'Aviva. En moyenne, il s'élève à 40 minutes par jour. D'où divers aménagements consentis par la régie parisienne des transports.

Augmentation de la fréquence des bus

« Nous avons, tout d'abord, obtenu de la RATP qu'elle augmente la fréquence des bus au départ de La Défense vers Bois-Colombes. Ensuite, un bus ayant son terminus au Pont de Levallois a été détourné de son trajet pour passer dans notre quartier. Enfin, une navette de la RATP a été mise à disposition aux heures de pointe à la gare de Bécon-les-Bruyères », décrit le DRH, ajoutant que le parti pris de la société a été, d'emblée, de jouer la transparence sur les nouveaux temps de trajet des salariés. « Cela a permis de dédiaboliser le sujet et d'envisager concrètement les différents dispositifs d'accompagnement. » Ceux-ci ont fait l'objet de nombreux débats au sein de la commission, créée pour l'occasion, réunissant représentants de la direction et du personnel. « Commission spéciale, dans laquelle FO et la CGT n'ont pas été conviées », souligne Chantal Veysset, déléguée syndicale CGT.

Résultat : une série de mesures financières destinées aux salariés : « Nous avons attribué une prime exceptionnelle de 1 000 euros, versée le mois du déménagement, aux collaborateurs ayant un temps de transport allongé, soit 80 % de l'effectif. Une aide au changement de domicile a également été proposée pour ceux et celles qui feraient l'effort de se rapprocher de Bois-Colombes. Elle comprend une aide financière pour l'acquisition ou la location d'une nouvelle résidence principale, sous forme d'un prêt bonifié, et la prise en charge des frais de déménagement dans la limite de 1 200 euros. Par ailleurs, un accord a été conclu avec un organisme collecteur du 1 % pour donner la priorité à nos collaborateurs sur les offres de location, entre le 1er décembre 2004 et le 30 juin 2005. A cela s'ajoute le versement d'une allocation mensuelle dans la limite de 100 euros pour une participation aux frais de garde d'enfants. Cette allocation court jusqu'au 30 septembre 2006 », énumère Bernard Durand.

Côté transports, l'entreprise a proposé un prêt bonifié de 10 000 euros pour l'acquisition d'un véhicule personnel, et la prise en charge de 60 % de la carte intégrale RATP.

Réaménagement des horaires de travail

Dernier effort : le réaménagement des horaires de travail. Les collaborateurs peuvent désormais arriver au bureau jusqu'à 10 h 00 le matin, contre 9 h 30 précédemment, et partir à partir de 16 h 00 plutôt que 16 h 30.

Pour Chantal Veysset, le compte n'y est pas : « Nous réclamions des jours de RTT en plus, leur nombre restant ouvert à la négociation ; cela pour remédier au surplus de fatigue occasionné par le transport. En somme, nous voulions que l'allongement du temps de transport se traduise par une vraie diminution du temps de travail. Par ailleurs, nous réclamions que la prime de 1 000 euros soit distribuée à tous et que l'intégralité des abonnements SNCF et RATP soient prise en charge par l'entreprise ». Autant de revendications restées lettre morte.

C. L.

aviva

> Activité : assurance.

> Effectifs : 3 250 salariés.

> Chiffre d'affaires : 5,4 milliards d'euros en 2004.