Les saisonniers : des salariés (presque) comme les autres

Vendanges, cueillette des fruits, service dans les bars et les restaurants des stations balnéaires ou de montagne... Les travaux saisonniers permettent de faire vivre différents secteurs économiques. Plusieurs centaines de milliers de salariés vivraient de ces emplois. Mais, il s'agit par définition de postes précaires, souvent peu rémunérés, impliquant des horaires à rallonge et dans des conditions pas toujours respectueuses du Code du travail, quand il ne s'agit pas, purement et simplement, de travail au noir.

Face à ce constat, il était temps de réagir. C'est chose faite avec, notamment, la mise en place de maisons des saisonniers, dont la vocation est d'informer salariés et employeurs, voire de jouer les médiateurs en cas de problème. Les syndicats apportent, quant à eux, leur contribution en sensibilisant les intéressés à leurs droits. Les organisations professionnelles y vont de leurs chartes des bonnes pratiques. Des passerelles s'établissent entre jobs d'hiver et jobs d'été pour fournir du travail quasiment à l'année aux saisonniers.

Chartes, guides, sites Internet... La panoplie est certes impressionnante, mais on part de très loin et il y a fort à parier que de nombreuses années seront nécessaires avant d'arriver à faire des saisonniers des salariés (presque) comme les autres.