Nouvelles Frontières fait voter ses salariés

En mai 2005, Nouvelles Frontières quittera le XVe arrondissement de Paris pour s'installer à Montreuil (93). Un déménagement qui devrait s'opérer sans trop de déchirements car le choix du site a été arrêté après une consultation ayant recueilli l'opinion de près de 90 % du personnel. Quand une entreprise déménage, c'est un chamboulement des habitudes pouvant entraîner des remises en cause. « Nous sommes conscients du risque de perdre du personnel à l'occasion de ce transfert, reconnaît Christian Rochette, directeur de la communication du groupe de tourisme. Or, c'est ce que nous voulons éviter. »

Services «éclatés»

Depuis sa création, la société est fidèle à la rive gauche de la Seine. Mais elle est à l'étroit et d'autant plus mal à l'aise que ses bureaux sont répartis dans trois immeubles. « Cela devient compliqué de fonctionner avec des services éclatés dans plusieurs endroits. Par ailleurs, nous avons toujours des projets nécessitant l'intégration de nouveaux collaborateurs », précise Christian Rochette.

La décision de rassembler tout le monde dans un seul bâtiment, offrant, en outre, des possibilités d'extension, a été prise l'hiver dernier et le dossier confié au directeur administratif et financier, Patrick Lebufnoir. Ce dernier avait pour mission de dénicher des bureaux conciliant les impératifs de coût, de taille (au moins 13 000 m2) et de proximité de Paris. La sélection était réduite à cinq options quand, au printemps dernier, le projet a été dévoilé dans le magazine interne du groupe et présenté officiellement aux représentants du personnel. « Un groupe de travail a été constitué en mai dernier avec la DRH, la DAF, le CE, le CHSCT et les délégués, témoigne Lazare Razkallah, secrétaire CGT du comité d'entreprise. Nous avons travaillé dans une excellente ambiance et les élus du CE ont demandé à la direction de consulter les salariés. » Trois sites ont, finalement, été mis en compétition : Montreuil, Rueil 2000 et Saint-Denis. « Nous avons organisé deux visites pour chacun d'eux. Des bus étaient mis à disposition des collaborateurs entre 12 heures et 14 heures », rapporte encore Christian Rochette.

Transparence

La consultation a eu lieu sur deux semaines à cheval sur la fin du mois de juillet et le début août. Le matériel de vote était transmis par la messagerie interne et une personne dédiée chargée de recevoir les bulletins. La participation a confirmé l'intérêt de l'initiative. « 87 % du personnel s'est exprimé, souligne Lazare Razkallah. Montreuil a obtenu une large majorité relative (NDLR : 49,2 %) et il a été jugé qu'il n'y avait pas lieu de faire un deuxième tour. » Rueil 2000 a recueilli 30 % des suffrages et Saint-Denis 20,3 %. La direction se félicite d'avoir agi dans un esprit de transparence. « Pour l'instant, la DRH n'a reçu aucune demande de départ », note, avec satisfaction, Christian Rochette.