logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

SANS

Le salaire, motif d'insatisfaction des cadres

SANS | publié le : 15.07.2003 |

Crédit photo

D'après cette 7e vague du baromètre CFE-CGC (1), les cadres s'avouent mécontents de leur rémunération. Seuls 52 % s'estiment satisfaits de leur système de rémunération (contre 61 % en octobre dernier) et 44 % de son niveau (51 % en octobre). Enfin, tout juste 41 % estiment être rémunérés de manière équitable par rapport à leur engagement dans leur entreprise.

Résultat : 29 % d'entre eux placent leur salaire en tête de leurs préoccupations professionnelles, soit quasiment autant que ceux qui se préoccupent, avant tout, de l'intérêt de leur travail. Tandis qu'ils ne sont plus que 9 % (contre un maximum de 17 % en octobre 2001) à se soucier avant tout de leur temps de travail. D'ailleurs, la part de ceux qui estiment que leur charge de travail s'est alourdie n'a jamais été aussi réduite (74 %, contre 80 % en moyenne lors des précédents baromètres).

Autre enseignement du baromètre : le sentiment des cadres vis-à-vis du climat social dans leur entreprise s'est dégradé, 47 % le jugeant "bon" (plus bas niveau depuis deux ans), contre 49 % en mars dernier et 56 % en octobre. Quant à la satisfaction à l'égard des relations avec la direction de l'entreprise, elle reste majoritaire (61 %), mais est en baisse de 4 points par rapport à la précédente enquête. La proportion de "satisfaits" est, par ailleurs, moindre chez les cadres du public (42 %) et chez ceux âgés de plus de 50 ans (47 %). Pour autant, seuls 34 % (alors qu'ils étaient 42 % en mars dernier) se déclarent prêts à participer à un mouvement social.

Peu optimistes

D'une manière générale, les cadres ne sont que 27 % à se déclarer optimistes sur l'évolution de la situation sociale du pays. Invités, par ailleurs, à se prononcer sur la réforme des retraites, ils en ont une appréciation plutôt positive, 71 % l'estimant courageuse et 75 % utile, tout en lui reprochant d'être insuffisante (55 %) et mal équilibrée (51 %).

(1) Sondage réalisé entre les 16 et 23 juin derniers par Opinion Way auprès de 986 personnes représentatives des cadres français.

Articles les plus lus