logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les clés

Les managers en première ligne face aux troubles mentaux

Les clés | Tendance éco | publié le : 21.06.2021 | Alain Roux

Image

Les managers en première ligne face aux troubles mentaux

Crédit photo Alain Roux

Les coûts économiques des troubles mentaux représenteraient plus de 4,2 % du PIB dans les pays industrialisés, selon un rapport de l’OCDE du 8 juin : un tiers d’entre eux sont liés à des taux d’emploi plus faibles, une perte de productivité et peuvent être en partie évités. Certains postes pourraient être mobilisés pour améliorer l’accès au soin des personnes souffrantes. C’est notamment le cas des managers qui peuvent suivre des formations pour mieux sensibiliser leur personnel aux bénéfices des soins, apprendre à gérer des salariés malades ou réduire leur stigmatisation. Évidemment, ils ne font pas partie des métiers les plus ciblés par les programmes sanitaires de l’OCDE, contrairement aux enseignants, aux professionnels de santé ou encore aux accompagnants de Pôle emploi, qui exercent des missions plus en contact avec des populations fragiles. Parmi les résultats attendus, figure notamment l’augmentation du taux d’emploi des personnes sujettes à une détresse mentale, qui est inférieur de 14,5 % aux personnes non souffrantes en France. Un chiffre qui reste malgré tout plus modéré que la moyenne de l’OCDE qui dépasse les 20 %. L’écart atteint même 30 % en Hongrie, en Norvège et au Royaume-Uni. Une étude de la Dares de mars 2018 montrait que pour « un peu plus du tiers des actifs en emploi, le travail favorise le développement des capacités et du bien-être ». À l’autre extrême, un actif sur dix environ se trouve dans une situation de travail « très délétère » pour son bien-être psychologique.

Auteur

  • Alain Roux