GRH : Trop d’information noie le recruteur

Cinq secondes. C’est le temps consacré par un recruteur à la consultation d’un profil, selon une étude, qui paraît ce 20 janvier, de la chaire Compétences, employabilité et décision de l’EM Normandie, dirigée par Jean Pralong, professeur de gestion des ressources humaines à l’EM Normandie. Intitulée « Human ProtocoleError : quand l’abondance d’informations digitales provoque des erreurs de recrutement », elle démontre, sur la base d’interviews réalisées auprès de 231 recruteurs, que des profils longs sur LinkedIn induisent davantage de risques d’erreurs que des profils courts. Débarrassés de la contrainte de la feuille A4 d’un CV, les candidats ont tendance à mettre de plus en plus d’informations sur leur profil, au risque de saturer la capacité attentionnelle du recruteur qui, démontre l’étude, s’appuie surtout sur les recommandations du candidat. L’abondance d’informations renforce les stéréotypes et, ainsi, défavorise les candidats : les recruteurs peuvent avoir tendance à s’appuyer dessus pour réduire leur degré d’incertitude et pour agir au plus vite, en n’ayant à leur disposition que des informations partielles, et partiales. Ce qui conduit le chercheur à s’interroger sur le bien-fondé de faire un tri de CV en se basant sur des algorithmes…