S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le point sur

VAE syndicale : Un objectif unique, des dispositifs multiples

Le point sur | publié le : 11.02.2019 | Laurence Estival

Crédit photo

Lauréat du prix décerné par les Assises du droit social en 2018, l’accord sur le parcours des mandatés signé en 2017 par la totalité des organisations syndicales d’EDF, a pris la suite d’un texte précédent moins ambitieux. « Nous avons réussi à aller plus loin avec l’introduction de dispositifs novateurs », se félicite Hervé Desbrosses, délégué syndical central CFE-CGC. Une des nouveautés concerne ainsi l’organisation d’un entretien en début et en fin de mandat pour mesurer le chemin parcouru grâce notamment à la création de grilles d’évaluation par type de mandat. L’idée est de s’appuyer sur un « référentiel métier » décomposé en compétences et de faire évaluer chaque item retenu à la fois par l’élu, son syndicat et l’entreprise. Un regard croisé qui visera à donner une image des changements opérés et des possibilités de reclassement.

« Cette formule a l’avantage d’être plus souple que la VAE classique qui est une procédure longue et lourde », souligne Jean-Dominique Simonpoli, directeur de l’association Dialogues, qui milite pour le dialogue social. De plus, selon cet expert, la possibilité de porter un regard croisé sur les compétences acquises par le mandaté favorise le reclassement à l’intérieur de l’entreprise ou dans le même secteur d’activité si l’accord est élargi à la branche quand le processus accompagné par l’Afpa suppose un reclassement à l’extérieur.

« Or celui-ci risque d’être plus difficile car personne ne sait comment les salariés concernés pourront faire reconnaître auprès d’entreprises qui ne les connaissent pas, des certifications qui, en elles-mêmes, ne débouchent pas sur un métier », ajoute-t-il.

À chacun son parcours

EDF réussira-t-il là où d’autres entreprises engagées dans la voie de la reconnaissance des acquis syndicaux ont enregistré des résultats en demi-teintes ? À la BPCE, la CFDT, la CFE-CGC et l’Unsa ont signé en 2017 un accord de GPEC qui reprenait les mesures de validation des acquis syndicaux au centre d’un accord de 2016. Celui-ci introduisait les évaluations croisées. Pourtant lors du bilan effectué en décembre 2017, la majorité des entretiens se sont tenus sans regards croisés, souligne l’étude sur « la valorisation des acquis de l’expérience syndicale ». Les représentants syndicaux ne l’ont pas demandé parce qu’ils ne le souhaitaient pas, qu’ils n’ont pas trouvé d’interlocuteurs au sein de leur organisation ou en raison de blocage culturel, ont expliqué les responsables des RH en charge de ce dossier aux auteurs.

D’autres entreprises, à l’image de PSA, d’AXA ou d’Orange, engagées dans la reconnaissance des acquis syndicaux, qui ont elles aussi enregistré des résultats contrastés selon les syndicats, sont en train de les remettre à plat suite aux ordonnances Travail prévoyant la fusion des IRP. L’opérateur téléphonique proposait chaque année à deux mandatés par organisation syndicale de participer au parcours certifiant « Culture économique et sociale » proposé par Sciences Po, passé de 20 jours à sa création à 13 jours répartis sur 6 mois. « C’est très intéressant mais ça ne débouchait pas sur un métier », souligne Thierry Meurgues, délégué fédéral CFE-CGC qui a ensuite pu enchaîner dans l’Executive Master dialogue social et stratégie d’entreprise, une formation qui lui permet de prendre de la hauteur dans l’exercice de ses mandats avant peut être d’intégrer, un jour, une direction des relations sociales.

« Pour les syndicalistes, il n’y a pas qu’une seule voie pour revenir dans l’entreprise, La VAE militante n’est qu’un dispositif parmi d’autres », conclut Jean-Dominique Simonpoli. Un message entendu visiblement chez EDF. À côté des procédures reposant sur la « VAE croisée », l’accord prévoit aussi des VAE collectives au sens classique du terme mais aussi la création d’une cellule ad hoc qui va proposer du coaching et un accompagnement à tous ceux qui souhaitent changer profondément d’orientation…

Auteur

  • Laurence Estival