S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L’actualité

IRP : Un portrait inédit des 600 000 élus du personnel

L’actualité | publié le : 04.02.2019 | G. S. M.

Crédit photo

C’est la première fois qu’est réalisé un portrait collectif des salariés représentant leurs collègues dans les entreprises comprenant 11 salariés et plus. Cette étude de la Direction de la recherche du ministère du Travail (Dares), fondée sur une enquête réalisée début 2017, a effectué le décompte : ils sont plus de 600 000 à exercer un mandat représentatif.

Et ils ne passent pas inaperçus : 78 % des salariés ont déclaré connaître l’existence d’élus du personnel ou de délégués syndicaux sur leur lieu de travail. Ils ne sont que 7 % à ignorer si tel est le cas.

Cette étude révèle deux réalités dissimulées derrière des préjugés. Non, les représentants du personnel ne cumulent pas les mandats : ils ne sont que 20 % à exercer un deuxième mandat électif. Un pourcentage trop faible pour compenser la réduction du nombre d’élus que va entraîner la création des comités sociaux et économiques résultant de la fusion des CE, CHSCT et délégués du personnel.

L’étude bat aussi en brèche l’idée que les représentants cumuleraient les mandats consécutifs. Presque 60 % des représentants du personnel en sont à leur premier mandat et un quart seulement effectue leur deuxième mandat. La part des élus de fraîche date, en place depuis moins d’un an, pèse autant – 15 % – que celle de ceux présents depuis dix ans au moins. Conclusion : les effectifs des représentants du personnel se renouvellent régulièrement. Ce qui limite d’autant la portée de la nouvelle disposition du Code du travail limitant à trois le nombre maximal de mandats consécutifs.

Enfin, l’étude montre l’importance de l’ancienneté sur l’engagement syndical – 60 % des élus travaillent dans leur entreprise depuis plus de douze ans et 65 % ont entre 40 et 59 ans –, ainsi que l’impact du contact direct sur la syndicalisation. Un quart des salariés syndiqués indiquent en effet que le motif déclencheur de leur décision a été « l’invitation de la part d’un collègue ».

Auteur

  • G. S. M.