S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Chroniques

Denis Monneuse : Du côté de la recherche

Chroniques | publié le : 04.02.2019 | Denis Monneuse

Image

Denis Monneuse : Du côté de la recherche

Crédit photo Denis Monneuse
Quand j’étais jeune,

une malencontreuse expérience m’a permis de prendre conscience des dégâts psychologiques causés par l’absence de reconnaissance. Dans l’entreprise pour laquelle je travaillais, un nouveau PDG avait été nommé. Quelques jours après son arrivée, il fit le tour des bureaux pour serrer la main des salariés du siège social. Chaque manager était chargé de lui présenter les membres de son équipe. L’un d’entre eux fit une gaffe : il omit de présenter au nouveau patron trois membres de son équipe, ceux-ci travaillant à l’autre bout du couloir. Ces trois salariés furent fort vexés par cet oubli. Ils l’interprétèrent en effet comme un manque de reconnaissance de leur travail.

Si le manque de reconnaissance

peut être dévastateur, faire preuve de reconnaissance est-il réellement efficace ? La question peut se poser à propos de la reconnaissance non monétaire. Toute bonne formation en management rappelle qu’il est important de saluer son équipe et d’exprimer ce qui fonctionne bien (et non seulement ce qui fonctionne mal). Mais recevoir un remerciement de la part d’un collègue est-il si important ? Un merci a-t-il vraiment un impact positif ?

Amit Kumar et Nicholas Epley,

chercheurs en psychologie à l’université de Chicago, ont voulu tester l’effet des marques de gratitude. Ils présentent le résultat de leur étude dans la revue Psychological Science1. Nos deux chercheurs ont mené quatre expériences auprès de plus de 350 participants au total. La marque de gratitude consistait en une lettre de remerciement. Que fut-il observé ? Tout d’abord, recevoir une lettre de remerciement fait du bien : elle accroît le sentiment de bien-être de celui qui la reçoit. En revanche, les expériences ont montré que les personnes qui faisaient preuve de gratitude avaient tendance à sous-estimer l’effet de surprise de leur lettre de remerciement et la joie des récepteurs, alors qu’elles surestimaient la possible gêne que pourraient ressentir les récepteurs face aux compliments reçus. Ce qui pourrait expliquer pourquoi les marques de gratitude ne sont pas si courantes dans la vie de tous les jours.

Ces expériences

apportent également une bonne nouvelle : les auteurs d’expression de gratitude voient eux aussi leur sentiment de bien-être augmenter. Nous devrions donc faire preuve de plus de gratitude avec autrui, y compris dans un élan égocentrique puisque c’est bon pour notre santé ! J’en profite au passage pour remercier les lecteurs fidèles d’Entreprise & Carrières qui me font des compliments pour mes chroniques quand ils me croisent !

Si dire merci ne coûte pas

un centime et fait du bien à la fois à l’émetteur et au récepteur, pourquoi s’en priver ? Malheureusement, les managers sont parfois avares en la matière par crainte que les collaborateurs qu’ils remercient… n’en profitent pour leur demander une augmentation de salaire, convertissant ainsi la reconnaissance non monétaire en espèces sonnantes et trébuchantes ! Cette crainte est-elle fondée ? Il faudrait demander à Amit Kumar et Nicholas Epley de conduire d’autres études pour le vérifier.

(1) Kumar, A., & Epley, N. (2018). Undervaluing Gratitude : Expressers Misunderstand the Consequences of Showing Appreciation. Psychological science, 29(9), 1423-1435.

Auteur

  • Denis Monneuse