Santé et sécurité au travail : La prévention en progrès

La prévention progresse doucement au sein des entreprises. Selon le 2e Baromètre de la santé et sécurité au travail réalisé d’avril à mai 2018 par Previsoft, sur un échantillon de 282 entreprises de plus de 50 salariés, la grande majorité d’entre elles (86 %) ont formalisé une politique de santé et de sécurité au travail (SST). Et 95 % d’entre elles l’ont affichée et communiqué à leurs salariés.

Les entreprises se sont approprié le document unique (DU). Elles sont aujourd’hui 88 % à l’avoir réalisé et 95 % le remettent à jour annuellement. Un chiffre en progression par rapport à 2017 où elles étaient alors 84 % à posséder un DU. « On note une prise de conscience des entreprises sur l’importance d’une politique de prévention. Toutefois, elles devraient être 100 % à posséder ce document unique, puisque la loi l’impose depuis 2001 », nuance toutefois Auriande Labed, consultante prévention des risques professionnels chez Previsoft. À regarder de plus près, « beaucoup n’ont pas une vision claire de ce que doit être un document de prévention, même si elles ont un DU », souligne-t-elle. La qualité du document n’est donc pas toujours au rendez-vous.

L’enquête met, par ailleurs, en évidence un manque de ressources humaines pour assurer la prévention : 62 %, soit les deux tiers des entreprises interrogées, déclarent avoir un responsable sécurité, mais presque un quart d’entre elles n’a pas de professionnel dédié à la santé et à la sécurité au travail. Enfin, 82 % affirment que les membres de leur comité social économique (CSE)/comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) sont formés à la prévention des risques, mais ces derniers ne sont associés à l’évaluation des risques professionnels que dans 68,5 % des entreprises. Même si ce chiffre est en augmentation par rapport à 2017 (67,3 %), il reste encore insuffisant. Globalement, selon Previsoft, la progression de la prévention de la santé et sécurité dans les entreprises est positive, mais des progrès sont encore à faire.