RGPD : WeProov, une PME pionnière
Image

C’est sans doute parce que la nature de son métier l’y incitait que WeProov a décidé de prendre une longueur d’avance. Cette PME, créée en 2015, est spécialisée dans les états des lieux numériques de biens (appartements, voitures…) pour le compte de particuliers comme de clients professionnels (agences immobilières, assurances…) et ses rapports, horodatés et sécurisés, ont valeur probatoire. Bien avant la date d’entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, le 25 mai 2018, la société a nommé sa juriste, Pierrette Ngo Bakodock, déjà Chief Legal & Data Protection Officer, comme interlocutrice de la Cnil dans le cadre de sa mise en conformité au RGPD. « Je suis la 81e », déclare fièrement cette spécialiste du droit numérique. Et si la Cnil ne lui a pas révélé le nom des professionnels nommés avant elle, Pierrette Ngo Bakodock suppose, comme nombre d’observateurs, qu’ils ou elles font partie de grandes sociétés, disposant de davantage de moyens pour se conformer au nouveau règlement.

« Ce dispositif est effectivement une contrainte administrative supplémentaire, qui implique également des coûts – en salaires, en formation, en logiciels pour aider à l’enregistrement et la protection des données que nous gérons –, mais je le vois surtout comme un investissement, qui accroît notre crédibilité en tant que tiers de confiance dans notre métier, notamment auprès des grands comptes », relève de son côté Gabriel Tissandier, cofondateur et directeur général de WeProov. Et la petite société, qui compte pour l’instant 17 salariés, a déjà vu l’impact positif de sa démarche : les clients y sont de plus en plus sensibles, les appels d’offres prennent désormais cette dimension de protection des données en compte, tandis que fournisseurs et sous-traitants sont satisfaits lorsqu’ils appellent pour s’assurer que WeProov protège bien les données qu’elle recueille dans le cadre de ses activités quotidiennes (15 000 individus ou sociétés utilisent actuellement l’application commercialisée depuis mars 2016). « Un client inquiet nous a appelé et nous avons fini par lui donner des conseils sur sa propre mise en conformité ! », sourit Gabriel Tissandier.

Indépendance

Enfin, autre élément qui va dans le sens de la crédibilité : le fait que Pierrette Ngo Bakodock soit, comme son statut auprès de la Cnil l’exige, indépendante de sa propre hiérarchie. « Un dirigeant de PME qui nomme un DPO est forcément conscient de ce statut, note la juriste. De toute façon, c’est dans l’intérêt de l’entreprise et cela va, là encore, dans le sens d’une crédibilité accrue », dit-elle, et ajoute avec une pointe d’humour qu’elle ne se gêne pas pour donner, en tant que spécialiste de la protection des données, son avis et ses conseils à son patron dans ce domaine…