Discrimination : L’âge, premier critère d’exclusion

D’après les résultats de l’étude Workforce View in Europe 2018 réalisée par ADP auprès d’environ 10 000 actifs, un tiers des salariés européens (34 %) estiment avoir été discriminés sur leur lieu de travail. L’étude révèle que l’âge est le premier critère de traitement inéquitable, cité par un collaborateur sur dix, alors que 12 % des femmes considèrent avoir été discriminées en raison de leur sexe. Parcours, cursus, apparence, origine ethnique et religion ont également été cités par les salariés européens.

En plus d’être la cause la plus fréquente de discrimination, l’âge freine également l’avancement professionnel des salariés. Selon l’étude, un salarié européen sur cinq estime que c’est le principal facteur qui freine la progression de sa carrière (18 %). Il semble également que l’âge ne soit pas un problème réservé aux aînés – comme on aurait pu l’imaginer – car un même pourcentage de personnes de plus de 55 ans et de moins de 25 ans déclare avoir été confronté à ce problème (17 %).

Carlos Fontelas De Carvalho, président d’ADP en France et en Suisse, déclare : « Avec l’allongement de la durée de vie et le recul de l’âge de la retraite, nous voyons pour la première fois cinq générations travailler côte à côte dans nos entreprises. Pour les employeurs, c’est une opportunité fantastique de tirer parti des compétences de toutes les classes d’âge et un vrai défi de gestion du capital humain de les faire travailler ensemble de la façon la plus efficiente possible.