S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les livres

« Économie du bien commun »

Les livres | publié le : 05.07.2016 | Pauline Rabilloux

Image

« Économie du bien commun »

Crédit photo Pauline Rabilloux
Jean Tirole PUF, 640 pages, 18 euros.

Pourquoi le discours de notre prix Nobel d’économie fascine-t-il – ou, a contrario, énerve-t-il – autant ? La réponse tient certainement au fait que l’auteur est un économiste hors pair, mais surtout au fait qu’il est un philosophe convaincant, qui avance ses idées concernant la société, l’éthique, la politique, etc., sous couvert d’arguments scientifiques. Mais cela suppose que l’économie soit vraiment une science, ce qui est loin d’être certain. Il ne suffit pas de s’exprimer via des chiffres et des algorithmes pour construire un savoir. On peut, par les mêmes outils, blinder une idéologie, en l’occurrence le plus souvent l’idéologie libérale. Mais la question n’est pas là.

Derrière les arguments techniques de Jean Tirole figurent des principes très puissants, à commencer par celui d’universalité, d’inspiration kantienne, qui revient à se placer du point de vue d’un sujet censément abstrait de toute condition sociale et humaine, donc objectif. Impossible à contester, puisque, derrière notre prise d’intérêt dans le monde, il y a au fondement de nos sociétés démocratiques l’idée que notre bien commun primordial est que nous sommes tous identiquement humains. Toutes les différences de conditions sont passées par l’auteur à la moulinette de cette mesure commune, qui lui permet de décider que, pour le citoyen, le consommateur, le travailleur, le chômeur, le retraité, le malade, etc., tous abstraits bien sûr, le marché est ce qui se fait de mieux, car ce qui se fait de plus neutre, voire de moins pire. Le technocrate étant en quelque sorte garant de cette neutralité.

Auteur

  • Pauline Rabilloux