S'abonner
Se connecter
Menu
Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Sur le terrain

Responsabilité sociale : La banque populaire de l’est appuie sa RSE sur son plan de déplacement

Sur le terrain | Pratiques | publié le : 27.10.2015 | Pascale Braun

Crédit photo

La Banque populaire Alsace-Lorraine-Champagne (BPALC) a choisi la Semaine européenne de la mobilité pour signer, fin septembre, trois conventions avec Metz Métropole, l’Automobile club de Lorraine et la caisse régionale d’assurance maladie Carsat Alsace-Lorraine. Ces partenariats confortent un plan de déplacement d’entreprise (PDE) de grande ampleur, englobant la politique immobilière de la banque, son système de formation, les modes de déplacement de ses salariés et même sa gestion commerciale.

« Notre ambition est de devenir une banque de référence en matière environnementale. La démarche a commencé par le choix de maintenir notre siège au cœur de Metz, en face de la gare, pour faciliter son accès aux salariés. à Mulhouse, nous allons construire un immeuble en face de la gare et fermer notre antenne de périphérie. Notre réflexion sur les déplacements nous a beaucoup appris et peut nous rapporter beaucoup ! », estime Dominique Wein, directeur général de la BPALC. Le premier de ces gains porte sur la plus-value patrimoniale générée par l’édification de l’ilôt de 20 000 mètres carrés, qui regroupera les six implantations messines de la banque au cœur du quartier impérial de Metz. Complexe, le chantier coûtera 40 millions d’euros mais permettra à la banque de créer 4 000 mètres carrés sur un site en voie de classement à l’Unesco.

Les transports en commun privilégiés

Plus grosse opération tertiaire hors Ile-de-France, le regroupement place les 700 salariés messins de la BPALC à l’épicentre des transports en commun de la ville. Sensible à cette contribution à son plan climat-énergie territorial, la communauté d’agglomération Metz Métropole accordera aux salariés de la banque des tarifs préférentiels sur ses réseaux de cars et sur les locations de vélos. La BPALC prévoit pour sa part l’installation de douches, de locaux à vélos et de prises pour les vélos électriques afin d’encourager la mobilité douce. Le projet de création d’une crèche d’entreprise d’une vingtaine de places entre dans cette même logique de limitation des déplacements.

L’aggrandissement des locaux présentera également une incidence sur la politique de formation de l’établissement, qui totalise 2 950 salariés répartis sur quatre sites principaux – Metz, Strasbourg, Mulhouse et Troyes – et 272 agences secondaires. Le centre de formation situé à Nancy sera réimplanté à Metz pour limiter les déplacements, tandis que l’e-formation sera déployée à grande échelle. La banque a consacré 650 000 euros à la création de 12 salles de visioconférence et à l’achat de 1 200 postes équipés de webcam. Le bilan carbone de la BPALC intègre également les déplacements des clients. Pour les réduire, l’entreprise prévoit un plan “investissement digital” plus large, d’un montant de 3,5 millions d’euros visant à réaliser à distance 30 % des ventes et 60 % des signatures électroniques, tout en proposant 97 % de l’offre commerciale en ligne.

Thématique majeure de la DRH, la responsabilité sociale et environnementale (RSE) de la BPALC s’est traduite par une marque déposée, ABCDE (Agir en banque coopérative durable engagée). « De l’état des lieux à la sensibilisation, nous avons mené l’ensemble de la démarche en interne, tout en la structurant avec l’aval de tiers », indique Pascal Sornette, le DRH. La banque a élaboré avec l’Automobile club de Lorraine un cycle de formation “gros rouleurs “incluant rappels théoriques, conduite sur circuit et initiation à l’écoconduite. L’ensemble du PDE a été audité par la Carsat. Cette évaluation, qui constitue une première nationale pour un organisme bancaire, s’est soldée par une minoration de 17 000 euros de cotisations sociales au titre des déplacements professionnels des salariés, essentiellement sur la base des déclarations d’intention de la banque. Encore récent, le PDE englobe les solutions alternatives adaptées aux déplacements des salariés, la gestion du parc de véhicules et la gestion des compétences nécessaires pour conduire en sécurité. Sa mise en application complète pourra faire gagner à la banque jusqu’à 60 000 euros de cotisations par an.

Auteur

  • Pascale Braun