S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

LA SEMAINE

Un seul référentiel qualité de la formation en Picardie

LA SEMAINE | publié le : 10.02.2015 | Stéphanie Maurice

Crédit photo

L’ALCF (Alliance locale de compétences et de formations) regroupant, entre autres, le Greta et l’université de technologie de Compiègne, annonce aujourd’hui la sortie d’un référentiel des bonnes pratiques en formation professionnelle. Elle a pris les devants, alors que le décret de la loi du 5 mars 2014 qui demande aux organismes financeurs de vérifier la qualité des formations, n’est pas encore sorti. Ce guide a été élaboré avec la participation de plusieurs Opca, dont Agefos-PME, Opcalia et le Fongecif. « La crainte, explique Jean-François Cousin, directeur du Fongecif Picardie, est que chaque financeur ait son propre cahier des chartes, et y aille de son contrôle : les organismes de formation passeraient leur temps en audits. Il fallait une trame commune. »

24 recommandations.

Les financeurs et professionnels du secteur ont donc élaboré 24 recommandations, réparties en cinq grandes thématiques : éthique, offre de service, ingénierie, déroulé pédagogique et évaluation. Exemples : conseiller de créer un dossier de suivi par stagiaire, avec une fiche technique des objectifs à atteindre par session ; ou se doter d’un catalogue des formations, consultable sur papier et en ligne, avec des tarifs clairs ; ou afficher la charte éthique, qui précisera que le stagiaire est l’acteur central de son projet professionnel… Les organismes de formation pourront s’autoévaluer grâce à un diagnostic, disponible en ligne.

« Notre objectif est d’offrir un outil d’amélioration et de tirer tout le monde vers le haut », explique Frank Savann, président de l’ALCF, à l’initiative du projet. Si le formateur ne suit pas la pratique indiquée, ou ne peut fournir les documents demandés par les financeurs, l’ALCF lui fournira les éléments qui lui manquent, pour l’aider dans sa réflexion et le conseiller. Ensuite, un rapport, d’un coût d’environ 150 euros, certifiera la conformité de sa démarche aux bonnes pratiques listées.

<www.alcf.fr/bonnes-pratiques/>

Auteur

  • Stéphanie Maurice