“LE BIBENDUM MICHELIN ET SES BIBS”
Image

Les études ethnologiques de l’entreprise sont plutôt rares. Situées à la confluence de la géographie, de l’histoire, de la sociologie, de la psychologie et du culturel, elles permettent pourtant de mettre au jour les rouages de fonctionnement et de pensée des groupes humains qui les constituent, de comprendre le sens du travail pour les hommes ainsi que, dans une certaine mesure, les heurts et malheurs desdites entreprises au fil de leur évolution.

L’auteure, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Champagne-Ardenne, se livre avec brio à cet exercice à propos d’une véritable institution française, le groupe Michelin. Les signifiants et images produits par cette entreprise de renommée internationale sont décortiqués. Les représentations mentales liées à ce qu’elle nomme le « totem » du groupe, le Bibendum, y sont largement commentées.

On y découvre que Michelin est un univers sémiotique, où l’entreprise est à la fois actrice (productrice de produits et de discours) et spectatrice, face à des salariés qui constituent sa force et produisent eux-mêmes leurs propres signes à l’intérieur de cet environnement. La culture d’entreprise excède le storytelling à la mode, pour apparaître non seulement comme un système privilégié de circulation de l’information mais aussi comme un système de liens professionnels justifiant et motivant le travail des hommes, et qui permettent à l’entreprise d’avancer sans cesser de s’enraciner dans son histoire.

Le Bibendum Michelin et ses Bibs

Anne Parizot, L’Harmattan, 188 pages, 18 euros.