UNE GPEC EN ARIÈGE POUR SERVIR LES ENTREPRISES DE L’AÉRONAUTIQUE

Dans ce département pyrénéen qui affiche un taux de chômage de plus de 13 %, UIMM, Pôle emploi, Direccte, conseil général et CCI se sont associés depuis 2011 pour adapter les profils des demandeurs d’emploi ariégeois aux besoins des employeurs. « Les difficultés récurrentes des entreprises ariégeoises à trouver et à fidéliser de la main-d’œuvre qualifiée nous ont conduits à sensibiliser les demandeurs d’emploi sur les métiers porteurs de la métallurgie, et à mettre en place un dispo­sitif de soutien aux recrutements par des actions de formation mutualisée » explique Julie Morin, chargée de mission à l’Union patronale Ariège.

Repérage des besoins

Cette démarche de GPEC territoriale a d’abord été testée à l’échelle d’un bassin d’emploi du Pays d’Olmes et de Lavelanet, bassin d’emploi textile en reconversion de 7 000 habitants, puis a été étendue en basse vallée d’Ariège sur le bassin d’emploi de Foix-Pamiers de 40 000 habitants, et enfin généralisée à l’ensemble du département fin 2012 ; 39 entreprises ont été interrogées, la plupart appartiennent au secteur aéronautique, et huit ont au final proposé 36 offres d’emploi.

Face à ce repérage des besoins, les partenaires publics, les entreprises, Cap emploi et les entreprises départementales de l’insertion par l’activité économique se sont mis en synergie pour organiser trois forums emploi-formation en Ariège en 2012. Ils ont permis de sensibiliser les demandeurs d’emploi aux métiers porteurs de la métallurgie, en présentant l’ensemble du dispositif : les situations réelles de travail (via des vidéos ou des témoigna­ges de chefs d’entreprise), et la formation, en cas de réussite, au test de sélection (par la méthode de recrutement par simulation, MRS) avec, à la clé, la mise en place d’une préparation opérationnelle à l’emploi (POE) avant la signature d’un contrat de professionnalisation (avec Opcaim). « Nous avions, au préalable, identifié cinq métiers en tension dans le secteur aéronautique : opérateur de commande numérique, ajusteur-monteur, chaudronnier, mouleur composite et peintre », précise Julie Morin.

Bilan ? « Ces trois forums ont permis d’attirer 142 demandeurs d’emploi, 81 ont été évalués et 75 % ont réussi le test de sélection selon la méthode MRS, dont les exercices ont été élaborés à partir d’analyses de postes réalisées en entreprises, assure la chargée de mission à l’Union patronale Ariège. 116 entretiens de recrutement ont ensuite été planifiés à raison de trois par poste proposé. Trente candidats, dont un tiers de femmes, ont engagé, en décembre 2012, une POE de 400 heures et ont poursuivi avec la signature d’un contrat de qualification avec des entreprises, parmi lesquelles Mecaprec, CMA, Lacoste, Recaero, Recaero composites… » Plus largement, de septembre 2011 à mars 2013, les actions cumulées de GPEC départementale ont permis la réalisation de 192 sélections par la méthode de recrutement par simulation, et la signature de 66 contrats de professionnalisation, dont 36 sur les seuls bassins du Pays d’Olmes et de Lavelanet, et de Foix-Pamiers.

Un bel avenir

Les partenaires de cette démarche de GPEC estiment qu’elle est promise à un bel avenir. Car l’analyse des besoins, menée par l’UIMM, a été poussée au-delà des frontières de l’Ariège à toute la région Midi-Pyrénées. Il en ressort que « 457 entreprises ont été contactées et 9 000 postes à pourvoir ont été recueillis en cumulant grands groupes, travail temporaire et PME, des postes d’ouvriers et d’agents de maîtrise, mais aussi de cadres », explique Philippe Almensa, de l’UIMM Midi-Pyrénées.