LES PRESTATAIRES DE FORMATION LANGUEDOCIENS SE PROFESSIONNALISENT

Pour que les demandeurs d’emploi et les salariés bénéficient de formations de qualité, celles-ci doivent être dispensées par des organismes performants. C’est pour eux que la région Languedoc-Roussillon a créé, en 2011, un label régional de qualité, baptisé Certif’LR, avec 15 financeurs publics et privés de la formation (1). Ce label a déjà été décerné à 119 sites gérés par 73 organismes, pour une durée de trois ans. Unique en France, le dispositif est destiné à valoriser ceux qui remplissent les critères de qualité définis par les financeurs, et à inciter les autres à suivre le même chemin. L’Union régionale des organismes de formation (Urof) et la Fédération de la formation professionnelle (FFP) ont de leur côté, dès 2010-2011, initié des actions collectives de formation avec Opcalia Languedoc-Roussillon, pour aider les opérateurs à monter en compétences. Ils regrettaient alors ouvertement que le conseil régional ne s’engage pas dans la formation des formateurs.

Financement régional

Ces deux démarches se sont finalement rejointes pour donner naissance à un programme de professionnalisation des organismes de formation, financé à 70 % par la région et porté par Opcalia. Il est l’œuvre d’Atout Métiers Languedoc-Roussillon, organisme régional paritaire issu de la fusion du Carif et de l’Oref, en partenariat avec le conseil régional, l’État et Opcalia, qui ont consulté les trois représentants locaux des acteurs de la formation professionnelle, la FFP, l’Urof et le SFP (2).

Pour cerner les besoins de formation des opérateurs, le comité a retenu deux indicateurs : les autodiagnostics que les candidats au label Certif’LR peuvent réaliser en ligne et, surtout, les résultats des audits effectués par le cabinet Cidees (Valence) pour examiner la conformité des organismes aux critères du label. Leur analyse a mis en évidence un point noir : l’insuffisante gestion stratégique des entreprises, qui s’explique surtout par leur petite taille. « Certains n’étudient pas leur marché, n’ont pas de plan de formation interne, ne savent pas élaborer une grille de coûts, ou ne prennent pas en compte les résultats des évaluations pour faire évoluer leur offre », souligne Kristine Poirier, chargée de mission à Atout Métiers.

D’où les thèmes retenus dans le premier programme, qui démarre en septembre : identifier la faisabilité d’une réponse à un appel d’offres ; interpréter les évaluations des actions de formation ; évaluer l’impact de la formation ; construire une grille de coûts ; le plan de formation interne à l’organisme ; les spécificités et les usages des référentiels. S’y ajoute une session sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, qui entre dans les obligations réglementaires des organismes de formation.

Une stratégie pour les petits prestataires

Pour faciliter l’accès des petites structures à ce programme, les formations sont courtes (un ou deux jours) et opérationnelles. En 2014, un second programme abordera d’autres thèmes, en particulier l’environnement socio-économique de l’emploi et de la formation.

Selon Robert Lefort, président de la Fédération de la formation professionnelle de Languedoc-Roussillon, « l’enjeu est d’aider les petits organismes à bâtir une réflexion stratégique, mais aussi de leur donner les moyens d’être candidats au label Certif’LR. Un soutien essentiel dans une période de rapides mutations du marché de la formation professionnelle. La réforme prévue en 2014 pourrait notamment accentuer la décentralisation au niveau régional. »

1) État, Pôle emploi, Agefiph, Afdas, Agefos-PME, Constructys, Fafsea, Intergros, Fongecif, Opcalia, Opcalim, Opca PL, Opca Transports, Unifaf, Uniformation.

2) SFP Languedoc-Roussillon : Syndicat de la formation professionnelle, lié au Medef Languedoc-Roussillon.