LA FORMATION DEMAIN VUE DE DALLAS

Quel futur visage aura la formation professionnelle aux États-Unis ? Selon Yann Coirault, consultant et pilote de l’innovation chez le prestataire de formation français CSP formation, a assisté à la 70e édition du congrès American Society for Training and Development, à Dallas, les 19 et 20 mai. Selon une note qu’il a publiée la semaine dernière, les nouvelles technologies et l’arrivée de la génération Y vont imposer, via dix tendances, leur marque aux pratiques de formation professionnelle.

Dix tendances

– Le leadership à tous les niveaux : du contributeur au dirigeant, en passant par le top manager et le manager de proximité, tous les collaborateurs doivent participer à la performance grâce à leur leadership, afin de mobiliser les forces et de favoriser l’implication de tous. Évaluation, formation, coaching, mentorat, tout est bon pour l’accroître à son propre niveau.

– L’influence des millenials : la génération Y ou millenials représentera 80 % des salariés des entreprises en 2020, et les modes d’apprentissage s’y adapteront. Néanmoins, l’ASTD estime que les Y doivent acquérir des compétences en leadership, écoute et patience pour occuper des postes de management.

– Le mobile learning et les nuggets learning : les applications mobiles en matière d’apprentissage vont se démocratiser (formats courts, explosion de l’utilisation des smartphones et des tablettes), afin d’apprendre rapidement, à tout moment et de manière ludique. « Désormais, on apprend comme on mange un nugget ! », disent les Américains.

– Le social learning et l’apprentissage en réseau deviennent la norme : interaction, suivi des apprenants, apprentissage en continu et en collectif.

– Assessment : l’évaluation des compétences en situation (tests, simulation…) se développe.

– La “gamification” ou le jeu : l’apprentissage doit également être gratifiant et amusant. Edutainement, disent les Américains (contraction de education et entertainment).

– L’agilité : cette notion prône l’innovation comme un comportement au quotidien pour tous.

– Le mentorat : dans une démarche de coapprentissage, le mentorat d’ancien à nouveau ou de nouveau à ancien devient naturel.

– Le ROI (Return on Investment) de la formation : « Le calcul du retour sur investissement de la formation devrait se renforcer, notamment grâce à une plus forte utilisation des assessments », constate Yann Coirault.

– Les neurosciences : une meilleure connaissance du fonctionnement du cerveau permettra d’imaginer les pédagogies du futur et d’adapter les formations et les contenus aux individus.

Autonomie

Bilan, selon Yann Coirault : « Les individus seront davantage autonomes face aux modes d’apprentissage, devenant ainsi de véritables “consom’acteurs” de leur développement individuellement ou collectivement. »

Aux États-Unis, peut-être. Mais en France ? La tendance sera la même, mais plus tard, estime le consultant.