“LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN”
Image

L’Europe semble aujourd’hui en panne pour les citoyens qui la voient comme une ingérence supranationale au profit des intérêts de la finance, sans légitimité auprès des peuples. Si cette situation correspond partiellement à la réalité, notamment parce que les citoyens se sentent peu concernés par les élections européennes, l’Europe sociale n’est pas complètement en panne. Des accords européens tendent à harmoniser le droit et les régimes de sécurité sociale.

Mais les choses ne s’arrêtent pas au plan formel et législatif, l’existence même de l’Europe incite les acteurs syndicaux comme les entreprises à mettre en commun et à harmoniser leurs points de vue. Sous la direction d’Yves Barou, fondateur et coprésident du Cercle des DRH européens, un collectif de praticiens du social, composé pour une grande partie de DRH de grands groupes, tente de préciser les convergences possibles pour l’action sociale aussi bien hors que dans l’entreprise. Leur principale conviction commune est que, si l’Europe ne peut se bâtir sans l’économique, a contrario, l’Europe économique doit intégrer la performance sociale.

Comme le rappelle Jacques Delors dans l’introduction de l’ouvrage, le social ne doit pas être considéré ni comme une dépense ni comme un coût, mais il constitue « l’investissement le plus fructueux pour l’avenir ». Tous les pays d’Europe doivent aujourd’hui relever les mêmes défis relatifs au chômage, à l’insertion et à la responsabilité sociale ; toutes les entreprises européennes doivent relever ceux de la formation, de la compétence, de la fidélisation et de la motivation de leurs équipes. Au-delà de l’analyse de l’existant, l’objectif du collectif est de repérer des pistes d’avenir.

Le Modèle social européen

Yves Barou, éditions des Ilôts de résistance, 352 pages, 24 euros.