S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Pratiques

FACTEO CHANGE LE QUOTIDIEN DES FACTEURS

Pratiques | publié le : 23.04.2013 | NICOLAS LAGRANGE

Crédit photo

Ils sont déjà plus de 3 500 à l’utiliser, devraient être 10 000 fin 2013, 50 000 fin 2014 et 90 000 fin 2015… Les postiers sont de plus en plus nombreux à apprivoiser Facteo. Un smartphone qui leur permet, notamment, de recueillir sur écran la signature des destinataires d’objets suivis (en particulier les lettres recommandées), ce que pratiquent déjà, sur un écran plus grand, les employés des filiales ColiPoste et Chronopost. « C’est un équipement qui a été co-construit avec les facteurs, souligne Marie-Hélène Musset, directrice de la distribution et de la conduite du changement. Trente volontaires ont testé les prototypes en 2012, suggérés des améliorations et il y a des ajustements aujourd’hui encore. »

Peu de réticences

Dans les sites pilotes, trois au départ en Seine-et-Marne et dans les Hauts-de-Seine), les facteurs, les managers et les directeurs d’établissement ont tous reçu un smartphone. « Les postiers sont ravis et manifestent très peu de réticences, assure Marie-Hélène Musset. La plupart des questions sont d’ordre matériel – perte, casse, housse, stylet, etc. Une formation de trois séquences d’une heure permet de détailler toutes les fonctionnalités. »

« Pour mieux faire accepter aux facteurs ce nouvel outil qu’ils peuvent emporter chez eux, La Poste leur offre un forfait mensuel de deux heures de communication, déclare Christophe Fontanié, membre du collectif national distribution CGT-Fapt (premier syndicat de l’entreprise). Il y a une tolérance d’utilisation à titre personnel, mais c’est un outil de travail qui devrait rester dans le service. Sinon, les collègues risquent de résilier leur propre abonnement téléphonique et de garder Facteo comme unique portable. Ce qui serait un fil à la patte », estime-t-il.

Pour autant, le facteur dont le véhicule tombe en panne peut désormais appeler son bureau de poste avec son smartphone, alors qu’il utilisait jusque-là son propre mobile ou téléphonait de chez l’habitant. De plus, une fonction GPS permet aux nouveaux embauchés ou à ceux qui effectuent des tournées inhabituelles de se repérer plus facilement. « Qui dit géolocalisation dit surveillance à distance », ont protesté les syndicats. D’où la possibilité donnée aux facteurs de désactiver la fonction GPS à tout moment.

« Nos inquiétudes portent surtout sur la productivité et l’emploi, affirme Philippe Cornélis, secrétaire fédéral SUD PTT. Toute une partie du travail des agents, notamment le classement des recommandés avant la tournée des facteurs, pourrait être automatisée ultérieurement avec Facteo (par flashage). Ce qui se traduirait par des suppressions de postes ou des non-remplacements. » Le syndicat déplore également que la direction puisse envoyer des messages aux facteurs sur le smartphone, mais interdise toute communication syndicale. Les craintes de SUD PTT sont partagées par la CGT, qui aimerait en savoir plus dès maintenant quant aux nouvelles fonctionnalités évoquées par la direction pour les prochaines années : « La Poste a bien l’intention d’avoir un retour sur investissement en termes d’économie d’emplois », prévient Christophe Fontanié.

A contrario, la direction présente Facteo comme un outil moderne, qui améliore l’image et le travail des postiers et accroît la satisfaction des clients, le facteur pouvant y trouver à tout moment des précisions sur les produits en vente dans les bureaux. « L’accueil des CHSCT locaux a été nettement favorable », juge Marie-Hélène Musset. Plusieurs autres syndicats, comme la CFDT, n’y sont pas hostiles. La poursuite du déploiement, le buzz qu’il génère et la première prise en main facilitent en tout cas l’adhésion du personnel.

Auteur

  • NICOLAS LAGRANGE