Un soutien à la reconversion, efficace mais modeste

Treize ans après son lancement, le dispositif Ressources Plus continue d’accompagner la mobilité fonctionnelle des salariés d’Axa France. Ouvert, depuis 1999, aux collaborateurs désireux de développer de nouvelles compétences pour changer de métier, ce service est conçu comme un sas de transformation. Après une demande de mobilité, à l’issue d’entretiens visant à confirmer motivation et capacité d’adaptation, il rejoint Ressources Plus. Le salarié est alors envoyé en mission pour plusieurs mois dans un service d’accueil confronté à un besoin ponctuel, en raison d’une absence (congé maternité ou congé maladie longue durée) ou d’un projet spécifique (mise en place d’un système informatique, d’une nouvelle organisation). Le salarié prend alors la responsabilité d’un poste temporairement vacant ou temporairement créé, ce qui le met en situation dans un environnement et un métier qu’il ne connaît pas. Au bout de deux ou trois ans de missions, le salarié rejoint une nouvelle affectation.

En dépit des apparences, Ressources Plus n’est pas un système d’intérim interne, où on utiliserait seulement les compétences existantes du salarié. « Tout en apportant un soutien efficace à son service d’accueil, le collaborateur est là pour apprendre et développer son réseau », insiste Chantal Fontaine, responsable du dispositif. Réunion mensuelle, séminaire annuel : les collaborateurs concernés bénéficient d’un accompagnement RH soutenu et individualisé. Et aussi, le temps du passage chez Ressources Plus, d’une prime d’adaptabilité de 5 %. En contrepartie, ils s’engagent en signant un contrat de collaboration qui définit les rôles et les devoirs de chacun, notamment le type de mission et les sites envisageables, ainsi que les conditions de transport.

Une intégration facilitée

De leur côté, les services d’accueil doivent faciliter la bonne intégration du candidat. « Ressources Plus, c’est un contrat conclu tant avec le collaborateur qu’avec les services d’accueil, qui s’engagent à l’accompagner d’un tuteur et de formations, si nécessaire », explique Céline Pélegrin, responsable des dispositifs individuels d’accompagnement, aux RH d’Axa France.

En parallèle de ses missions, le salarié Ressources Plus suit un plan individuel de formation renforcé (en moyenne douze jours par an contre cinq chez Axa France). « En matière de formation, il existe un tronc commun de trois jours, qui apprend à chacun à se positionner dans la posture particulière du « prestataire de services » », précise Céline Pélegrin. Cette session, spécifique à Ressources Plus, est organisée deux fois par an de telle façon que chaque nouveau collaborateur en bénéficie dans les quelques mois qui suivent son arrivée. Les autres formations (développement personnel, bureautique…) sont déterminées en fonction du profil et des attentes de chacun.

Diversité de collaborateurs

Le profil des salariés Ressources Plus colle au profil Axa France : 47 ans chez Ressources Plus contre 47,5 ans chez Axa France, 62 % de cadres dans les deux cas. « Depuis l’origine du dispositif, il y a eu une grande diversité de collaborateurs. Mais l’on a toujours eu en majorité des personnes venues des fonctions supports », note toutefois Céline Pélegrin. « Entrée en 1995 chez Axa, j’étais à mi-carrière quand je suis arrivée à Ressources Plus en 2009. À l’époque, je travaillais dans un secrétariat général et je voulais changer de poste pour me rapprocher de l’opérationnel, mais je manquais d’aisance dans mes démarches. Au terme de trois missions différentes et deux ans et demi chez Ressources Plus, j’ai repris confiance en moi et en mes capacités à apprendre un nouveau métier », raconte ainsi Frédérique, qui a pu développer, au cours d’une mission au sein d’un service relations clientèle, des compétences techniques et rejoindre ensuite la direction commerciale assurance-vie.

Le dispositif, intégré dans l’accord GPEC, a concerné jusqu’ici près de 300 salariés : 276 en Île-de-France et 20 dans le Sud-Est. Dans le Sud-Ouest, le service, créé en avril, compte aujourd’hui trois collaborateurs. Car si le programme n’a évolué ni dans sa conception ni dans son fonctionnement, son périmètre d’application a, lui, été élargi. Déployé à l’origine sur le périmètre d’Axa France en région parisienne, où il fonctionne sur cinq sites géographiques, Ressources Plus a été décliné dans deux autres régions, Sud-Est en 2006 et Sud-Ouest en avril 2012. Les deux seules régions comportant un site de taille et de diversité de métiers suffisant pour envisager une mobilité fonctionnelle.

Christophe Nogré, coordinateur de l’équipe syndicale CFDT chez Axa France, apprécie lui aussi le dispositif, sécurisant pour les collaborateurs, qui bénéficient effectivement d’un suivi efficace durant leur passage chez Ressources Plus. « C’est très positif pour certains collaborateurs qui ont du mal à bouger », estime-t-il. Seul bémol selon lui, la relative timidité du mouvement. À l’heure des négociations sur la GPEC chez Axa France, Christophe Nogré plaide pour que ce dispositif puisse prendre de l’ampleur, grâce au déblocage du budget nécessaire à l’ouverture de nouveaux postes.