la semaine en bref
Image
Des titres restaurant “mobiles”

Après la carte à puce Moneo Resto proposée par Moneo Applicam, voilà Resto Flash, le titre restaurant numérique mobile. Mise au point par la start-up du même nom, l’application permet au salarié de recevoir sur son téléphone les titres dont il fait valider le flash code auprès du restaurateur pour régler son déjeuner. À noter qu’à la demande des ministères de l’Économie et du Travail, la Commission nationale des titres restaurant a engagé une concertation sur la dématérialisation avec les opérateurs intéressés.

Élections dans les TPE, c’est parti !

4 611 836 salariés, employés dans de très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés, sont, pour la première fois, appelés à voter pour le syndicat de leur choix entre le 28 novembre et le 12 décembre. Les résultats seront connus le 21 décembre. Le vote a lieu par Internet ou par courrier. Il se fait sur le sigle des syndicats et non sur une liste, comme dans les entreprises de plus de 10 salariés. L’enjeu, pour les salariés-électeurs des TPE, n’est donc pas d’élire un représentant dans l’entreprise mais de contribuer à mesurer la représentativité des syndicats. Celle-ci sera établie en mars 2013 par l’agrégation des résultats dans les TPE, dans les autres entreprises et dans les chambres d’agriculture.

L’ABSENTÉISME EN HAUSSE DANS LES FONCTIONS PUBLIQUES TERRITORIALE ET HOSPITALIÈRE

L’augmentation des absences pour raison de santé des agents des collectivités territoriales et de la fonction publique hospitalière, constatée depuis 2007, s’est poursuivie en 2011, selon la dernière enquête du courtier en assurances Sofaxis. Dans les premières, le taux d’absentéisme varie entre 6,6 % et 9 % selon la taille de la collectivité. Il augmente avec l’effectif employé. Dans la seconde, au contraire, le taux d’absentéisme est inversement proportionnel à l’effectif, et varie entre 10 % et 14 %.

Un code de déontologie pour les DRH ?

Le Cercle des DRH, une association regroupant une soixantaine de DRH de grands groupes, souhaite créer un code de déontologie pour la profession. Sa vocation serait de « promouvoir les bonnes pratiques des acteurs des RH », d’« illustrer le rôle moteur que revendiquent les DRH dans l’épanouissement et la réalisation des individus dans l’entreprise » et de « servir de base de réflexion à la nécessaire modernisation du Code du travail », indique le Cercle dans un communiqué publié le 26 novembre. Christian Sanchez, directeur du développement social du groupe LVMH, est chargé d’animer le groupe de travail.

30 % DES SALARIÉS À TEMPS PARTIEL DÉSIRENT TRAVAILLER PLUS

En 2011, 3,3 millions de personnes, soit 16 % de l’ensemble des salariés français, déclarent vouloir travailler plus pour gagner davantage, notamment les jeunes, les ouvriers et les employés. Près d’un tiers de ces salariés travaillent à temps partiel (majoritairement des femmes) et 13 % à temps complet. Cinq trimestres après cette première déclaration, seuls 27 % des salariés à temps partiel ont effectivement pu augmenter leur temps de travail, principalement dans leur entreprise, mais souvent de façon inférieure à leurs attentes.

Cinq trimestres après que vous avez émis le souhait de travailler plus, comment vos heures de travail hebdomadaires ont-elles évolué ?
Vers un crédit d’impôt sur les cotisations syndicales

Le Sénat a voté, la semaine dernière, un crédit d’impôt pour les adhérents à un syndicat qui ne sont pas imposables. À l’heure actuelle, les cotisations syndicales sont défiscalisées à hauteur de 66 %, un avantage qui ne concerne donc que les adhérents imposables. Le texte du Sénat vise à procurer le même avantage à tous les adhérents. Il doit maintenant passer devant les députés.

Les contrats aidés plus ciblés

En 2011, le secteur marchand a utilisé moitié moins de contrats aidés (CUI-CIE) qu’en 2010. Mais ils ont profité aux personnes les plus éloignées de l’emploi : chômeurs de longue durée, seniors, allocataires de minima sociaux. Dans 68 % des cas, les employeurs privés ont signé des CDI. Trois quarts des CUI-CIE prévoyaient des formations, et 6 sur 10 des actions d’accompagnement professionnel.