LA SNCF COACHE SES CADRES EN MOBILITÉ

Depuis 2010, la SNCF propose à tous ses cadres un service de coaching en carrière. Le dispositif a été créé dans un contexte de réorganisations importantes, notamment au fret, entraînant de nombreuses suppressions de postes. « Les carrières de cadres étant moins linéaires qu’auparavant, l’enjeu du pôle coaching en carrière est de mieux accompagner les transitions professionnelles », explique Patricia Garrel-Goulas, responsable de ce pôle.

Élaborer un projet professionnel

Au départ, cet accompagnement visait donc en priorité des cadres en reclassement, mais, très vite, ce service a attiré de nombreux cadres en mobilité “choisie”, souhaitant changer de métier alors que leur poste n’était pas menacé : ces derniers représentent aujourd’hui 70 % des demandes.

L’objectif du coaching en carrière est d’aider les cadres à élaborer un projet professionnel en fonction de leurs motivations et des besoins de l’entreprise. Sandra Buteau, ex-directrice de la communication de l’agence “gare et connexions Ile-de-France”, en a bénéficié quand son poste a été supprimé : « Je ne savais pas si je voulais continuer dans la communication, j’avais besoin d’un regard extérieur pour prendre du recul sur mon parcours. »

Une équipe de six coachs professionnels, aux profils métiers variés – ingénieurs, RH, communication –, issus de la SNCF et certifiés en coaching, propose des ateliers collectifs et des entretiens individuels, dans un cadre bienveillant, neutre et confidentiel. « À l’aide de plusieurs outils de diagnostic sur mon parcours, mes compétences, ma personnalité, nous avons défini mon profil, celui de gestionnaire de projets, explique Sandra Buteau. Aujourd’hui, j’ai une vision beaucoup plus claire de ce que je veux et sais faire. Cet accompagnement m’a ouvert des horizons et je le conseille à tous mes collègues. »

Le coach en carrière travaille en réseau avec les acteurs internes du groupe, il connaît les branches et les métiers qui recrutent. Il prépare le cadre aux entretiens de recrutement. En fin de suivi – qui dure en moyenne quatre mois et vingt heures par personne –, le coach préconise un plan de développement, une formation ou une mise en situation sur le nouveau métier, parfois un coaching de prise de poste. Sandra Buteau, par exemple, a validé ses compétences acquises sur le terrain en intégrant Sciences Po en formation continue. Elle a ensuite trouvé un poste qui lui plaisait, alliant gestion de projet et communication, autour de la prise en charge des voyageurs.

Compétences transposables

« Le coach en carrière part de la personne, de ses atouts, pour mieux définir un projet qui lui correspond. Cette approche par les compétences transposables est un vrai changement dans nos processus RH », souligne Patricia Garrel-Goulas. Jusqu’ici, aucun service n’accompagnait les cadres souhaitant changer de voie, les gestionnaires de carrière cherchant avant tout à pourvoir les postes vacants. « En deux ans, 220 cadres ont été accompagnés par ce nouveau pôle, et 70 % ont pu trouver un poste correspondant à leurs attentes ou réaliser des missions temporaires en interne », ajoute-t-elle.

Succès croissant

Le dispositif connaît un succès croissant, répondant à de réels souhaits de mobilité interne. Ces nouvelles pratiques d’accompagnement doivent faciliter les passerelles, les changements de métiers au sein du groupe, tout au long de la carrière des cadres, en lien avec la GPEC et en amont des restructurations.