LES FONCTIONNAIRES ANTICIPENT L’INDIVIDUALISATION

Plus de compétences managériales et, surtout, plus de polyvalence : ce sont les évolutions métiers auxquelles s’attendent, dans les cinq prochaines années, 78 % des fonctionnaires d’État récemment interrogés par Deloitte et l’Ifop dans le cadre d’une enquête sur le “fonctionnaire de demain”*. Plus surprenant, ils sont aujourd’hui 74 % à estimer leur rémunération adaptée à leur situation de travail. Mais ils pensent, à 83 %, que l’individualisation va se développer et ils s’y opposent à 42 % (30 % “pour”, 28 % “neutre”).

Les trois quarts des sondés s’attendent également à une gestion individualisée des parcours de carrière et, cette fois, se positionnent à 67 % en faveur de ce changement. Neuf fonctionnaires sur dix prévoient en outre un développement de l’évaluation, perçu comme positif par 71 % d’entre eux.

Critères d’évaluation

Les agents restent néanmoins critiques vis-à-vis des critères actuels d’évaluation, qu’ils sont plus de la moitié à trouver non pertinents. Dans le même temps, ils formulent des attentes vis-à-vis de leur hiérarchie proches de celles du secteur privé : écoute, respect, soutien, sens, décisions, animation ou encore reconnaissance, tout en étant partagés quant à la pertinence et à la pérennité du terme “manager public”.

* “Citoyens et fonctionnaires : regards croisés sur la Fonction publique et le fonctionnaire de demain” : enquête menée entre avril et juin 2012, entre autres auprès d’un panel de 194 fonctionnaires d’État.