BRITTANY FERRIES : LA CFDT S’OPPOSE À L’ACCORD TEMPS DE TRAVAIL

La CFDT de la compagnie maritime française Brittany Ferries s’est opposée, le 8 octobre, à l’accord sur le temps de travail signé la semaine précédente par la CGT. La CFDT étant majoritaire, l’accord est donc caduc. Il prévoyait une augmentation du temps de travail sans contrepartie financière. Une sorte d’accord de compétitivité que les marins avaient majoritairement accepté (59 %) lors d’une consultation qui s’est tenue le 30 septembre. Ce résultat avait ensuite déclenché la signature de la CGT et, dans le même temps, mis fin au lock out de la direction, qui bloquait les bateaux depuis une dizaine de jours.

Dans un communiqué, la CFDT explique qu’elle s’est opposée parce que les conditions n’étaient pas réunies pour une négociation sereine, du fait des pressions de la direction et de la fiabilité « plus que douteuse » de la consultation des marins. Selon elle, l’opposition au texte signé doit permettre « la reprise des discussions et de la négociation en vue d’aboutir à un accord acceptable et compréhensible par tous ». De son côté, la direction « prend acte de la volonté de la CFDT syndicat maritime Normandie de détruire Brittany Ferries ».