DANS LE MONDE
Royaume-Uni

Le licenciement sans faute passe à la trappe

La proposition d’introduire dans le droit anglais une possibilité de licencier facilement, sans faire valoir une faute du salarié, semble avoir fait long feu.

Issu du rapport commandé à Adrian Beecroft, figure du capital-risque au Royaume-Uni et donateur du parti conservateur, ce projet est absent du texte de réforme du droit des entreprises actuellement discuté à la Chambre des Communes. La proposition n’a pas retenu l’intérêt des employeurs, à en croire les résultats d’une consultation menée jusqu’au 8 juin par le gouvernement auprès de 135 patrons, et dont la presse a révélé les grands chiffres le 19 juin. 38 % seulement d’entre eux soutenaient l’idée. Le CIPD, organisation britannique des professionnels de RH avait auparavant pris parti contre le projet, le considérant « non nécessaire » et susceptible de créer une « licence pour les mauvaises pratiques dans le management des hommes ».

International

Chères métropoles, version ECA

Tokyo est la ville la plus chère du monde pour les expatriés, Nagoya figurant en 3e place du classement, tandis que Luanda (Angola) et les deux villes norvégienne d’Oslo et Stavanger pointent aussi dans les 5 premières : une dizaine de jours après Mercer (lire E & C n° 1100), ECA International a publié sa propre étude annuelle sur le coût de vie pour les expatriés. Le panier de biens et de services utilisés et la pondération de chaque élément sont différents, et le classement d’ECA concerne plus de 400 villes, contre 214 pour celui de Mercer. Mais, dans les deux cas, les villes japonaises restent parmi les plus chères du monde, tandis que Shangaï et Beijing deviennent plus dispendieuses que Paris.

En revanche, ECA considère un bon nombre de villes scandinaves plus chères que Mercer, Oslo, Copenhague, Helsinki ou Stockholm figurant plus haut dans ce dernier classement.

Monaco

Manifestation pour les retraites

Un millier de salariés du secteur privé – essentiellement des Français employés dans les casinos, les hôtels et les banques – ont défilé dans les rues de Monaco pour défendre un système de retraite en passe d’être réformé. Outre une augmentation des cotisations patronales, le texte prévoit une attribution moins généreuse des points de retraite.