LES SENIORS EN PREMIÈRE LIGNE POUR LE TUTORAT

Airbus a signé le 1er mars un accord d’entreprise tutorat-alternance avec l’ensemble des organisations syndicales. Objectif : généraliser le tutorat pour intégrer tout nouvel arrivant à son poste de travail, qu’il s’agisse d’un recrutement externe ou d’une mutation interne.

Actuellement, seuls 30 % des tuteurs sont des seniors. Mais la DRH espère, à l’avenir, les impliquer davantage dans cette fonction : « Pour organiser cette transmission des savoirs, les salariés de plus de 50 ans seront prioritaires, comme le prévoit notre accord seniors. » Le tutorat sera également refondé pour faire face aux recrutements massifs : 4 500 salariés en 2011, 4 000 embauches supplémentaires en 2012 avec un objectif de 5 % d’alternants.

Dispositifs structurés et harmonisés

Par ailleurs, un audit a révélé des pratiques hétérogènes et disparates de tutorat au sein du groupe. « Nous voulons des dispositifs de tutorat structurés et harmonisés au niveau d’Airbus France. Nous avons souhaité réaliser cette démarche en concertation avec les partenaires sociaux », précise Olga Renda Blanche, directrice des relations sociales du groupe.

Liste de tuteurs potentiels

Les candidats à la fonction de tuteur peuvent se signaler lors des entretiens d’évaluation et figurer sur les revues de personnels. Ils doivent posséder des compétences reconnues, des qualités pédagogiques, être volontaires et motivés pour la fonction, et si possible ne pas être le manager de la personne tutorée. Le responsable RH du secteur et le manager valident la liste des tuteurs potentiels. Le tuteur prend ses fonctions après une procédure de nomination et un entretien avec sa hiérarchie. Une lettre de mission précise les objectifs, la durée du tutorat, le crédit d’heures qui lui est alloué – au cas par cas – pour cette mission et la formation qu’il doit suivre au préalable.

« C’est bien d’allouer un nombre d’heures au tutorat ; auparavant ça n’était pas formalisé et cela représentait souvent une charge de travail supplémentaire, se fécilite Christophe Lloret, délégué du personnel et négociateur pour la CGT. En revanche, il ne faut pas y voir une solution miracle pour alléger la pénibilité du travail des seniors aux postes de production, car cela ne concernera que quelques personnes », prédit le délégué. L’accord ayant été signé en mars, il est en effet trop tôt pour savoir combien de seniors en profiteront.

Tutorat inversé

Le dispositif prévoit également du “tutorat inversé” : « Le nouvel arrivant est invité à partager une connaissance avec son tuteur, explique la DRH, par exemple en lien avec les nouvelles technologies, que les jeunes maîtrisent souvent très bien. Cela encourage la coopération entre générations. » Le tuteur a en charge deux nouveaux arrivants au maximum, excepté sur certains sites où, pour répondre aux besoins, il peut exercer cette fonction à plein temps et suivre huit personnes.

Méthode interne

Les tuteurs pourront également s’appuyer sur la méthode “ExTra”, processus formalisé de transfert de compétences, mis au point en interne et utilisé notamment pour faire le lien avec le successeur lors d’une passation de poste. La mission de tutorat est prise en compte lors de l’entretien annuel, dans la fixation des objectifs, dans l’appréciation de la performance individuelle et dans l’entretien des compétences. « Aucune contrepartie financière n’est versée au tuteur, mais son expérience peut être valorisée par une progression de carrière, une prise de fonction managériale ou d’expert », ajoute la DRH.

AIRBUS

• Activité : constructeur aéronautique.

• Effectifs : 22 000 salariés en France (55 000 dans le monde).

• Chiffre d’affaires monde 2011 : 37 milliards d’euros.