LA POSTE : DES EXIGENCES SUR LES INDICATEURS

L’introduction de critères RSE dans les objectifs – les feuilles de route – des cadres et dirigeants de La Poste date de l’exercice 2010. Quelque 1 800 personnes sont aujourd’hui concernées. En fonction du niveau de responsabilité, la proportion de la part variable indexée sur des critères RSE peut atteindre 30 %.

Les indicateurs sélectionnés diffèrent dans chaque division. Figurant dans une “bibliothèque d’objectifs”, ils doivent être en lien avec les enjeux de RSE prioritaires du groupe, posséder un historique – témoin de leur variation par rapport aux années antérieures – ainsi qu’un reporting suffisamment fiable. Répondent à ces exigences : le montant des achats solidaires, la santé-sécurité au travail ou les émissions de CO2. Au sein de la division Courrier, le choix des objectifs – actualisés chaque année – et leur combinaison sont à la discrétion du supérieur hiérarchique.

Une réelle connexion avec le business

La Poste, qui estime qu’il est encore trop tôt pour dresser le bilan de cette politique, constate cependant la « difficulté d’intégrer des critères RSE dans les feuilles de route ». « Il existe déjà beaucoup de critères financiers, précise-t-elle. Par conséquent, les critères RSE doivent avoir une réelle connexion avec le business pour être véritablement pris en compte. »