“PANACÉE POUR LE CHÔMAGE ET LES RETRAITES”
Image

Cela fait quarante ans que l’on n’arrive pas à se débarrasser du problème du chômage malgré le subterfuge consistant à ne comptabiliser dans les chiffres officiels que les chômeurs de catégorie A cherchant un CDI à plein-temps et non ceux qui, en désespoir de cause, chercheraient aussi un CDD, voire un temps partiel. Le problème des retraites est présenté comme insoluble sauf à repousser encore l’âge de départ.

Les travailleurs ne sont jamais assez flexibles au gré des entreprises et le meilleur moyen de diminuer le chômage serait de faciliter la mise au chômage des surnuméraires.

Gérard Da Silva, historien du mouvement syndical, propose une manière simple et radicale de résoudre tous ces problèmes : à la fois en supprimant l’idée d’emploi pour la remplacer par celle de tâche et en faisant reposer la totale responsabilité de son employabilité sur le seul travailleur, libre de travailler ou non, sans limite d’âge bien sûr pour éviter toute discrimination. Ce nouveau chercheur d’emploi deviendrait parfaitement autonome dans sa permanente recherche de mission, et flexible. Son coût pour la collectivité tendrait vers zéro puisque sa totale liberté n’aurait de sens qu’à l’unique condition qu’elle soit matériellement assumée par le candidat à l’emploi. On l’aura compris, cette panacée que propose l’auteur ressemble point par point à la situation sociale actuelle, du moins à celle que le néolibéralisme préconise comme solution de sortie de crise. Comme le conclut l’auteur avec humour, « celui qui s’attend au pire ne sera pas déçu ». On reste scotché par l’audace et la pertinence de cette brillante satire à la manière des pamphlets du 18e siècle.

Panacée pour le chômage et les retraites

Gérard Da Silva, éd. Le Muscadier,

72 pages, 6 euros.