ENQUÊTE SUMER 2010 : TROP DE TENSION AU TRAVAIL

Les risques professionnels sont traqués par le ministère du Travail (Dares) depuis 1994. La troisième édition* de l’enquête Sumer, réalisée en 2009 et 2010 par les médecins du travail auprès de 70 000 salariés des secteurs privé et public, a été rendue publique le 16 mars.

Ce dernier état des lieux laisse apparaître une durée de travail en décroissance par rapport à 2003 – effet incontesté des 35 heures – mais une flexibilité accrue. Les horaires atypiques (travail le dimanche et les jours fériés, même occasionnel, pour 31 % des salariés) et les horaires variables un jour sur deux sont ainsi en légère progression, alors que les astreintes reculent modérément.

Entre 2003 et 2010, la proportion de salariés dont le rythme de travail est imposé par une demande extérieure a continué sa progression dans l’industrie et la construction, confirmant la « pénétration de la pression des clients dans ces 2 secteurs ».

Augmentation de la charge mentale

En outre, la « demande psychologique » – charge mentale engendrée par l’accomplissement des tâches – tend à progresser pour l’ensemble des catégories socioprofessionnelles (+ 2 % en moyenne). Cette situation, qui s’accompagne d’une baisse de la « latitude décisionnelle » en particulier dans les professions intermédiaires (- 3 %), engendre un « net accroissement de la proportion de salariés en situation de job strain, c’est-à-dire de « tension au travail ».

* Les deux précédentes enquêtes “Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer)” ont été réalisées en 1994 et en 2003.