La semaine en bref
en chiffre

+ 46 % C’est la progression du nombre d’offres d’emploi cadres RH sur les 12 derniers mois par rapport aux 12 précédents.

Source : Apec.

Les cadres à la fois pessimistes et confiants

70 % des cadres restent confiants dans leur avenir, mais affichent un pessimisme quasi général quant à l’évolution du marché de l’emploi, d’après le baromètre Cadremploi/Ifop publié le 14 février. Malgré cette conjoncture morose, 38 % déclarent avoir envisagé de quitter leur entreprise au cours des trois derniers mois, motivés avant tout par la recherche d’un meilleur salaire. De ce point de vue, 45 % envisagent de demander une augmentation, ce qui marque un recul de 14 points par rapport au précédent baromètre publié en mai.

« L’APPEL AU PEUPLE »

« Si la négociation entre les acteurs permettait d’aboutir à une réforme ambitieuse de la formation professionnelle, alors l’appel au peuple ne serait pas nécessaire. Mais si c’est une négociation au rabais, alors oui, le référendum est légitime. »

(François Fillon, le 13 février, lors d’un déplacement consacré à la compétitivité des entreprises à Moreuil, dans la Somme.)

Accord sur la modernisation du paritarisme

Les partenaires sociaux sont parvenus, le 17 février, à un accord sur la modernisation du paritarisme. Le texte, ouvert à la signature, devrait être paraphé par la CFDT, la CFTC et par FO. La CGT et la CFE-CGC devraient s’abstenir. La signature de 3 syndicats suffit à valider cet accord, qui était négocié depuis deux ans.

SFR, une entreprise gay friendly

Les salariés homosexuels de SFR bénéficieront, à compter du 1er mars, d’un congé paternité de 11 jours, comme les pères hétérosexuels. Ce congé n’étant pas pris en charge par la Sécurité sociale, c’est donc l’entreprise qui le financera. Il s’agit d’une décision unilatérale de la direction, rendue publique la semaine dernière. Elle fait suite à une demande d’HomoSFèRe, l’association LGTB de SFR. Les partenaires sociaux ont donné leur accord.

TVA SOCIALE ADOPTÉE À L’ASSEMBLÉE

L’Assemblée nationale a adopté en première lecture, le 16 février, le projet de loi de finances rectificative (PLFR) instaurant la TVA sociale. Au 1er octobre 2012, les 13,6 milliards d’euros de cotisations patronales destinés à la politique familiale (dont 3,6 milliards dès 2012) seront financés par une hausse de la TVA de 19,6 % à 21,2 %, et par une augmentation de 2 % de la CSG sur les revenus du patrimoine et de l’épargne. Les députés, qui adoptaient par ailleurs dans ce PLFR la taxe Tobin sur les transactions financières, ont décidé d’en exonérer les achats d’actions inclus dans les dispositifs d’épargne retraite.