LE C.E. DE MONTUPET DÉBOUTÉ

Le tribunal de grande instance de Poitiers a rejeté, le 31 août, le recours du comité d’entreprise de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA), filiale poitevine du groupe Montupet.

Les syndicats du sous-traitant automobile espéraient en effet faire invalider le plan de compétitivité annoncé en juillet – qui prévoit notamment la baisse de 15 % des salaires des 480 employés du site et la diminution du temps de travail de 38 h 30 à 35 h (lire Entreprise & Carrières n° 1060) –, sur la base du non-respect de la procédure d’information-consultation.

Las ! Les juges ont estimé que les convocations et l’ordre du jour avaient été établis de façon régulière et que l’information donnée était « suffisante ».

Appel à la grève illimitée

Majoritaire sur le site, la CGT minimise l’impact de cette décision : « Notre objectif était principalement de bloquer la mise en œuvre du plan, notamment l’envoi des lettres recommandées aux salariés pendant la fermeture de l’usine au mois d’août, explique Patrice Villeret, représentant du syndicat. La procédure judiciaire étant désormais close, nous allons pouvoir agir sur un autre terrain. » Prochaine initiative de l’intersyndicale : un appel à la grève illimitée.