PRÊCHER LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL
Image

Malgré la suspicion de trafic impliquant plusieurs salariés de la plate-forme logistique de Brétigny-sur-Orge (Essonne), qui auraient détourné pour près de 150 000 euros de matériel électronique, l’esprit californien continue de régner sur le siège parisien de Pixmania, dont la progression suit le développement hors norme des entreprises de la Silicon Valley.

La start-up, créée en 2001 par Steve et Jean-Émile Rosenblum, compte aujourd’hui 1 400 personnes en Europe. Près de 800 d’entre elles, de toutes nationalités, occupent son vaisseau amiral de huit étages, avenue de la Grande Armée. C’est là, depuis près de quatre ans, que la direction a imaginé la fonction de chief evangelist. Derrière cet intitulé incongru, l’objectif était de préserver le modèle d’entreprise, fondé sur l’agilité de l’organisation, malgré l’arrivée permanente dans les équipes de 20 à 30 têtes nouvelles par mois. Ce chef évangéliste est Patrick Oualid. Pas de confession religieuse affichée par ce directeur du marketing devenu responsable de la stratégie, mais une conviction : « Le travail est un moyen de s’accomplir individuellement et même de s’épanouir. »

Turnover de 20 %

S’il a emprunté à Apple et Google l’étiquette des chiefs evangelists, chargés de fidéliser des groupes de clients prescripteurs de la marque, Patrick Oualid a réorienté cette “mission” sur les parties prenantes internes. Surtout celles du siège, où travaillent des salariés jeunes et plutôt “neufs” en termes d’expérience professionnelle, exposés à un turnover de 20 %. Sa grande affaire a été de réunir les conditions propices à l’engagement, selon trois niveaux d’intervention : les relations à l’entreprise, les groupes d’appartenance et le ressenti individuel.

Sur ces deux dernières années, Pixmania a ainsi multiplié les initiatives : diffusion par mail des photos et parcours des nouveaux arrivants, envoi chaque lundi matin des actualités “positives” des services, invitation à des programmes festifs ou sportifs… Les salariés sont également impliqués dans le développement durable. Cela consiste par exemple à déployer le tri sélectif et à économiser l’énergie, ou à consommer des paniers bio. Plus original, les remarques formulées lors de ces consultations informelles ont conduit la direction à réaménager, courant 2010, sept étages disposés en open space, « suivant les besoins des équipes ».

Améliorer l’ambiance

Pour améliorer l’ambiance, Pixmania propose un parrain à chaque nouvel arrivant, qui rencontrera systématiquement le comité de direction dans les premiers mois de son intégration. Chaque semaine, 20 salariés sont invités à un petit-déjeuner avec les fondateurs de l’entreprise, accompagnés ou pas de leur manager. « Il n’y a pas d’ordre du jour. Ils peuvent poser toutes les questions qu’ils souhaitent », précise Patrick Oualid.

Il invoque encore une salle de sport avec un coach attitré, un programme contre l’addiction au tabac durant le temps de travail et des expos photos au siège, réalisées par les salariés. À suivre : un projet de partage d’expériences en sessions collectives où chaque salarié pourra “former” ses collègues à l’une de ses marottes.

Trois personnes travaillent au côté du chief. Dont la secrétaire du CE et déléguée CFDT, Lila Debruyne : « Notre service a apporté un plus à l’environnement de travail », affirme-t-elle. Certes, les relations des salariés à leurs managers peuvent être « difficiles selon les services »: « Les managers sont jeunes », relativise la syndicaliste. D’où l’intérêt, selon elle, du “wiki report” qui a été mis en place, comme une mesure corrective. Il permet à chacun d’inscrire ce qu’il a fait durant la semaine à l’attention de son manager. « En cas de différend, souligne-t-elle, le salarié pourra mieux argumenter contre une évaluation qu’il contesterait. »

« Mon équipe n’est pas rattachée aux ressources humaines ni à la communication », prévient de son côté Patrick Oualid. Nous n’abordons jamais les sujets de NAO ou d’évolution de carrières. Sur ceux des conditions de travail, plus connexes, nous discutons en bonne intelligence avec l’infirmière et le CHSCT. »

PIXMANIA

• Activité : commerce en ligne de produits électroniques grand public.

• Effectifs : 1 400 personnes dans 27 pays, dont près de 800 au siège, en France.

• Chiffre d’affaires 2010 : 890 millions d’euros.