LES CADRES SONT SATISFAITS, SAUF DE LA POLITIQUE RH DE LEUR ENTREPRISE
Image

Confiants, les cadres n’en sont pas moins prudents : d’après le baromètre semestriel de l’Apec publié le 13 juillet, seuls 13 % d’entre eux affirment que la crise économique est « tout à fait terminée » ou « en cours d’achèvement ». Il n’empêche que 68 % des cadres se disent optimistes pour leur avenir professionnel, contre 64 % il y a six mois et 59 % il y a un an. Parmi eux, la part des plus de 55 ans passe de 45 % à 60 % en un an.

« Les craintes d’une perte d’emploi, affichées alors par ces cadres, semblent s’être estompées », commente l’Apec. De fait, 44 % des sondés estiment que leur entreprise est en développement économique contre 31 % il y a un an ; de plus, près de 7 cadres sur 10 déclarent que leur entreprise a procédé à des embauches de cadres au cours des six derniers mois – ils étaient 60 % il y a un an.

Toutefois, si 63 % des sondés font confiance à leur entreprise pour préserver leur emploi, cette proportion est en baisse de 2 points. À l’inverse, leur perception du marché de l’emploi des cadres s’est très nettement améliorée (55 % pensent qu’il leur est favorable, contre 37 % il y a un an). La progression de leur optimisme est donc surtout due à ce dernier élément, souligne l’Apec.

Point noir : la charge de travail

La satisfaction professionnelle des cadres reste à un niveau élevé, s’agissant de l’intérêt du travail et des relations avec la hiérarchie (72 % et 64 % de satisfaction). Elle se révèle plus mitigée quant à la charge de travail : 49 % des cadres n’en sont pas satisfaits, en particulier les cadres hiérarchiques (57 % d’insatisfaits), pour lesquels ce thème semble constituer « un point noir », d’après l’étude.

Quant à la politique RH de l’entreprise, elle ne trouve grâce aux yeux que de 36 % des sondés. Une majorité estime qu’elle s’est détériorée au cours des deux dernières années (voir graphique), et seuls 29 % des cadres pensent que leurs conditions de travail vont s’améliorer au cours de l’année à venir – 36 % anticipant une évolution négative sur ce point, contre 31 % il y a six mois.

En revanche, 42 % anticipent une évolution positive de leurs perspectives de carrière, mais seuls 8 % des cadres pensent se tourner vers leur DRH pour les conseiller dans cette ­évolution. Enfin, 37 % s’attendent à une amélioration de la rémunération, exprimant, analyse Pierre Lamblin, directeur des études de l’Apec, « des attentes plus fortes après des années de vaches maigres ».