L’AGEFOS-PME FAIT UN BILAN EN DEMI-TEINTE

Quelle a été en 2010 l’activité de l’Agefos-PME, le plus important Opca de France avec ses 303 000 entreprises adhérentes et ses 813 millions d’euros collectés ? Son bilan, présenté le 11 juillet dernier, est mitigé. Au chapitre des points positifs, l’Opca a engagé près de 910 millions d’euros (+ 5 % en un an), alors que sa collecte est de 813 millions d’euros : le différentiel vient des cofinancements trouvés auprès de l’État, des régions, de l’Europe, du FPSPP… Les contrats de professionnalisation sont repartis à la hausse (32 744, + 7 %, dont 49 % pour les TPE, comme l’an passé), soit près d’un quart des contrats en France (23 %). Huit sur 10 préparent un diplôme d’État ou un titre homologué et 7 bénéficiaires sur 10 sont demandeurs d’emploi ou en fin de scolarité.

DIF prioritaire en baisse

Le DIF prioritaire est en baisse par rapport à 2009, mais en hausse par rapport à 2008 et en nette progression dans les TPE (25 711, + 47 %); 56 % des DIF bénéficient à des employés ou à des ouvriers ; 90 % des heures se font pendant le temps de travail et 34 % des bénéficiaires ont plus de 45 ans. Au chapitre des points négatifs : le nombre de périodes de professionnalisation est en forte baisse (- 20 %, 34 579 contre 42 000 en 2009, mais 26 000 en 2008), cela est dû à la fin du plan anticrise : “former plutôt que chômer”.

Moins de de départs en formation

Concernant les plans de formation des entreprises de plus de 10 salariés, le niveau d’engagement financier est en hausse (+ 1,7 %), témoignant, selon l’Agefos-PME, de « davantage de sérénité par rapport aux carnets de commandes et à la reprise de l’activité ». En revanche, le taux de départs en formation a chuté de près de 3 points (22,4 % contre 25 %).

Enfin, concernant les plans de formation des entreprises de moins de 10 salariés, le niveau d’engagement financier chute (- 13,6 %), « suite à l’arrêt systématique des prises en charge des salaires ». En revanche, le taux d’accès à la formation n’a fléchi que d’un point (19 % contre 20 % en 2009), après une croissance de 5 points.