Les handicapés apportent leur matière grise à Logica

Logica recrutera 24 travailleurs handicapés cette année. Dans cette société de services en ingénierie informatique, la quasi-totalité des embauches s’opère à bac + 4. « A quelques exceptions près, les 85 handicapés que nous comptons déjà dans nos effectifs sont des cadres ou ingénieurs, avec un niveau de qualification représentatif de l’ensemble de nos collaborateurs », souligne Alain Séguy, directeur de la mission emploi handicap de Logica France.

Un faible taux d’emploi

Certes, la SSII est encore loin de l’obligation légale d’embauche de salariés handicapés, avec un taux d’à peine 1 %, mais l’ensemble de sa branche ne fait pas mieux (lire Entreprise & Carrières n° 954), le taux d’emploi de personnes handicapées dans l’informatique étant de 0,58 %, selon une étude du cabinet Ariane Conseil pour le compte de l’Observatoire paritaire des métiers de l’ingénierie, de l’informatique, des études et du conseil.

Le problème de l’insertion des salariés handicapés reste leur faible niveau de formation initiale. « Le besoin de renforcer ce volet s’est imposé au moment de dresser le bilan de notre premier accord 2007-2009 sur l’insertion des handicapés et de signer, le 17 décembre 2009, le suivant sur la période 2010-2012 », relate Alain Séguy. « En effet, il y a un gouffre entre les profils recherchés et le monde du handicap en général », constate Laurent Fèvre, directeur général adjoint de la région Est de Logica. Mais, au bout d’un an de quête vaine, le dirigeant régional a trouvé la passerelle : le centre de réadaptation de Mulhouse (CRM), un établissement de suivi des grands accidentés de la vie.

Master universitaire

Son offre de formation (qui est la plus importante du pays pour ce type de population avec 376 places) comprend une section concepteur-développeur informatique (CDI) de niveau II (bac + 3) pour 12 stagiaires. Ne manquait alors qu’un dernier pont pour atteindre le seuil bac + 4 requis pour les candidats ingénieurs de Logica. C’est l’université de Strasbourg qui jouera ce rôle dès cette rentrée : elle accueillera cinq nouveaux diplômés CDI du CRM pour leur assurer le volet enseignement du contrat d’apprentissage qu’ils signeront avec Logica afin de décrocher, en un an environ, un master conforme aux attentes de l’entreprise. « Le but ultime, c’est bien leur embauche », confirme Laurent Fèvre. La formule de l’alternance permet aux stagiaires de continuer à être rémunérés une fois qu’ils ont quitté le CRM.

Mise à disposition de personnel

La convention entre l’établissement mulhousien et Logica a été conclue le 9 juin dernier. L’entreprise s’engage à verser 20 000 euros de taxe d’apprentissage à l’école, à mettre à sa disposition du personnel pour dispenser des modules de formation aux nouvelles technologies de ses métiers, ou pour actualiser les connaissances sur des technologies plus anciennes mais toujours prisées sur le marché. Ces personnels simuleront également des entretiens d’embauche, car les stagiaires doivent se préparer aux épreuves du recrutement, pour lequel ils ne bénéficient pas d’une préséance du fait de leur handicap.

Aux yeux de l’entreprise informatique, ce ballon d’essai doit en déclencher d’autres, dans l’Est et dans d’autres régions. « Comme nous accueillons des stagiaires de la France entière, nous pouvons potentiellement intéresser l’ensemble de Logica », appuie la direction du CRM. Par ailleurs, le directeur général adjoint de la région Est de Logica étant également le délégué régional du syndicat de la profession Syntec, il a élargi l’initiative à la branche dans son ensemble : le CRM signera dans les prochains mois une convention avec Syntec pour favoriser l’embauche de certains de ses pensionnaires. Enfin, Logica a en préparation une collaboration de même type avec le Conservatoire national des arts et métiers.

Logica

• Effectifs : 9 000 salariés en France, dont 85 handicapés en 2010 (39 000 salariés dans le monde).

• Chiffre d’affaires monde 2009 : 4,3 milliards d’euros, dont 21 % sont réalisés en France.

• Recrutements 2010 : environ 1 000 embauches, dont 24 handicapés.

• Contribution Agefiph : 480 000 euros.