Une convention Agefiph avant l’accord d’entreprise

En 2005, la RNM (Réunion des musées nationaux), qui emploie 1 000 salariés, fait un diagnostic quantitatif sur sa politique d’insertion des travailleurs handicapés, et crée un an plus tard une commission handicap où siègent des représentants du personnel, de la direction et de la médecine du travail.

5 % de travailleurs handicapés

Fin 2007, le taux de travailleurs handicapés atteint les 5 % de l’effectif total, suite à la reconnaissance du handicap de plusieurs salariés en poste. L’entreprise fait alors appel à un cabinet conseil pour réaliser un diagnostic qualitatif en vue de permettre leur maintien dans l’emploi et leur reclassement.

« Ce diagnostic nous a donné des pistes d’action que nous avons voulu concrétiser en signant une convention avec l’Agefiph début 2009, afin de s’appuyer sur des partenaires et de bénéficier d’un soutien financier », explique Valérie Gaspard, chargée de mission handicap et assistante sociale de l’entreprise.

La convention fixe des objectifs dans quatre domaines : le maintien dans l’emploi et le reclassement – axe prioritaire – ; le recrutement ou la qualification de travailleurs handicapés ; la sensibilisation de la hiérarchie ; et le recours au secteur protégé. Le budget global alloué à la convention est de 134 588 euros pour deux ans. L’Agefiph en finance 59 %, soit 86 400 euros, correspondant à la formation-reclassement des travailleurs handicapés et à celle des managers, ainsi qu’au salaire de la chargée de mission à mi-temps. La RMN a investi 48 000 euros, soit davantage que ce qu’elle versait en contribution à l’Agefiph.

Postes adaptés

« A ce jour, sur 48 salariés handicapés (dont 12 en arrêt maladie), 23 ont bénéficié d’une formation, d’un reclassement ou d’un aménagement de poste permettant leur maintien dans l’emploi. » Ainsi, une personne a été formée et accompagnée pour adapter son poste au télétravail ; une autre, déficiente visuelle, ne pouvant plus travailler en librairie-boutique, a bénéficié d’un reclassement sur un poste administratif, d’une formation pour apprendre le braille et d’un équipement adapté sur son nouveau poste ; une guide-conférencière qui ne pouvait plus travailler debout a été reclassée sur un poste administratif en lien avec l’accueil des publics.

D’autres actions sont en cours, notamment l’analyse ergonomique du poste de vendeur-caissier en librairie, ciblé par le médecin du travail. L’adaptation des postes de travail sera ensuite cofinancée par les Sameth (Services d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés).

« L’Agefiph nous a félicités pour un outil de prévention que nous avons mis en place, indique Valérie Gaspard. C’est une fiche de suivi permettant que toute restriction ou inaptitude signalée par le médecin du travail soit immédiatement prise en compte et réfléchie pour anticiper un éventuel aménagement de poste, au lieu d’attendre que la situation s’aggrave. » Les autres réalisations concernent la sensibilisation des managers, qui a donné lieu à 5 sessions de formations (8 d’ici à la fin de l’année) pour des groupes de 12 personnes, soit davantage que prévu par la convention.

Développement de l’apprentissage

Concernant le recrutement, la RMN a signé un partenariat avec l’association Tremplin, qui lui propose des candidatures de travailleurs handicapés. « Nous avons peu de recrutements en CDI – 12 cette année, dont un travailleur handicapé – en revanche, nous développons l’apprentissage, qui est un bon moyen d’intégrer des travailleurs handicapés dans l’entreprise », ajoute Valérie Gaspard.

Conclusion, la RMN se félicite d’avoir signé cette convention : « Cela permet d’impulser une dynamique, de rencontrer tous les partenaires de l’Agefiph, de mettre en place un réseau d’appui et de partager des expériences avec d’autres entreprises de ce réseau. » La RMN envisage de reconduire la convention pour deux ans, afin d’être parfaitement autonome dans sa politique handicap avant de signer un accord d’entreprise très demandé par les représentants du personnel.

RÉUNION DES MUSÉES NATIONAUX

• Activités : accueil, exposition, diffusion culturelle et acquisition d’œuvres d’art.

• Effectif : 1 000 salariés.

• Taux de travailleurs handicapés : 5 % de l’effectif en 2007.