S'abonner
Se connecter
Menu
Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Éditorial

Service minimum pour les seniors

Éditorial | publié le : 29.06.2010 | GINA DE ROSA

Crédit photo

Pendant que les entreprises négociaient des accords ou élaboraient des plans d’action pour le maintien de leurs seniors au travail, certains de ces derniers, toujours plus nombreux, partaient grossir les rangs des chômeurs à Pôle emploi : en mai 2010, les hommes de 50 ans et au-delà sont 20 % de plus qu’en mai 2009 (toutes catégories confondues)et les femmes 16 % de plus, contre + 9,4 % tous âges confondus.

Cette période de crise renforce l’évidence : les seniors restent une variable d’ajustement des effectifs et les injonctions gouvernementales n’y peuvent pas grand chose… Car, en détaillant les résultats de l’enquête menée par Inergie auprès des entreprises adhérentes de l’ANDRH sur le contenu de leur accord ou plan senior (lire p. 6), leurs engagements apparaissent assez modestes au regard de l’ampleur du problème. Notamment, seules 19 % des entreprises se sont engagées à recruter des salariés âgés.

Chiffres éloquents, qui donnent la mesure du phénomène de mise à l’écart d’une population, par ailleurs hétérogène : il y a d’un côté les seniors privés d’emploi, de l’autre ceux qui veulent garder le leur. Mais il y a aussi ceux qui rêvent de partir enfin, usés par trop d’années de pénibilité, et qui en voudraient sans doute aux partenaires sociaux de leur fermer cette porte. En tout état de cause, les plans de départ volontaire et les ruptures conventionnelles ont encore de beaux jours devant eux.

Auteur

  • GINA DE ROSA