S'abonner
Se connecter
Menu
Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L’actualité

Très populaire épargne collective

L’actualité | publié le : 15.06.2010 | A. D.

Crédit photo

Alors que la réforme des retraites occupe le devant de la scène médiatique, les salariés français sont-ils réellement préoccupés par le montant de leur future pension ? Selon la 9e édition du baromètre “Tendances épargne & retraite entreprises (TE & RE)”, présenté le 9 juin par BNP Paribas et Altedia, seuls 21 % d’entre eux ont réalisé une simulation de cette somme. Parmi ceux qui ne l’ont pas fait, 81 % déclarent même ne pas avoir l’intention d’y remédier.

« Déjà conscients de la situation préoccupante des retraites, les salariés manifestent-ils dans cette faible curiosité leur résignation sur le sujet ? », s’interrogent les auteurs du baromètre.

L’intérêt pour l’épargne entreprise demeure

Une résignation relative, si l’on en croit l’intérêt porté aux systèmes d’épargne proposés par les entreprises. « Déjà perçu depuis de nombreuses années comme une démarche “naturelle”, le fait de placer ses économies dans des dispositifs d’épargne et retraite d’entreprise atteint, en 2010, un résultat record », précisent les auteurs de l’enquête : 86 % des salariés et 91 % des chefs d’entreprise se déclarent en effet entièrement convaincus. En période de crise, ces dispositifs s’affirment, en outre, comme des éléments de rémunération globale, utilisés par 77 % des chefs d’entreprise comme un outil de motivation. L’épargne retraite, en particulier, est plébiscitée de tous côtés : 76 % des chefs d’entreprise et 69 % des salariés considérant désormais qu’elle est un moyen efficace de se constituer un capital en vue de la retraite. En 2010, seulement un quart des salariés (42 % l’année dernière) conservaient une préférence pour les systèmes individuels indépendants de l’entreprise. En dépit de cette popularité, la mise en place de l’épargne retraite reste encore bien timide. Seulement 14 % des employeurs proposent un Perco à leurs salariés et 7 % un Pere. L’article 83, plus ancien, est le seul dispositif à avoir été mis en place dans près de la moitié des entreprises (45 %).

Actionnariat salarié

Autre constat : l’image de l’actionnariat salarié semble avoir bien résisté à la chute des marchés financiers. Près de neuf salariés sur dix (87 %) estiment ainsi positif le fait de devenir actionnaire de son entreprise. Ils étaient 78 % l’an passé et 67 % en 2002. Leurs motivations Le « bénéfice de l’abondement » pour 80 % d’entre eux et la volonté de « faire un bon placement » pour 76 %.

Auteur

  • A. D.