S'abonner
Se connecter
Menu
Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Éditorial

Le low-cost, synonyme de discount social ?

Éditorial | publié le : 15.06.2010 | GINA DE ROSA

Crédit photo

Dans la course aux gains de productivité, la tentation est grande de niveler par le bas la politique sociale. Pour accentuer la baisse des prix sur leurs produits et leurs services, certaines entreprises se sentent autorisées à pratiquer des salaires planchers, des horaires très flexibles, à refuser des titres restaurant ou une mutuelle… et, pour maintenir cette “rigueur”, à s’opposer à la présence des syndicats.

Ces entreprises peu vertueuses, on les trouve aussi chez nous : en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne… Sur quel terreau prospèrent-elles ? L’abondance d’une main-d’œuvre non qualifiée, peu coûteuse et interchangeable, qui leur permet de trouver des salariés prêts à travailler dans n’importe quelles conditions.

Le modèle du low-cost n’est pas obligatoirement à incriminer… Car lorsqu’il s’agit de faire baisser les prix à la consommation grâce à des innovations comme par exemple, dans l’aérien, la réduction des temps de rotation des avions au sol, ou, pour un marchand de meubles, l’invention d’une nouvelle logistique, tout le monde y trouve son intérêt. Leur réussite n’est d’ailleurs pas liée à une politique sociale au rabais. Car pour faire émerger des idées innovantes et gagner en productivité, elles ont choisi d’employer un personnel qualifié et de le motiver.

Auteur

  • GINA DE ROSA