La discrimination liée au sexe, première crainte des femmes

L’égalité des chances en entreprise reste un sujet prioritaire pour la plupart des salariés (87 %) et, bonne nouvelle pour les entreprises, leur perception de l’importance accordée à ce sujet par leur direction progresse (+ 16 points par rapport à 2012). C’est ce que révèlent les résultats de la 8e édition du baromètre national de perception de l’égalité des chances. Elle a été réalisée par Kantar, pour le Medef, auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 salariés, et présentée le 7 novembre.

Cet outil doit permettre aux entreprises de « mesurer, de s’engager, de construire un dialogue social efficace sur la base d’un diagnostic partagé, de se benchmarker et de mesurer leurs progrès au cours des années ». « C’est un détecteur de climat. Il nous semble intéressant d’aller chercher ces perceptions car on peut se raconter tout ce que l’on veut sur la réalité des entreprises à coups de statistiques OCDE, Dares, Davos, etc., il n’empêche que notre réalité, c’est celle que l’on sent », souligne Armelle Carminati, présidente du comité entreprise inclusive du Medef.

Parmi les grandes leçons de cette édition, l’égalité salariale et l’égalité femmes-hommes apparaissent comme les deux principales priorités d’action pour les salariés français, quel que soit le sexe. Cette dernière « devient de plus en plus une évidence comme étant un marqueur de développement économique et social », précise Armelle Carminati.

Deuxième enseignement : la peur d’être discriminé en raison de son âge arrive en tête (28 %). C’est la première crainte exprimée par les hommes (27 %), juste avant l’apparence physique (16 %). En revanche, si les femmes redoutent également fortement d’être discriminées en raison de leur âge (29 %), leur première crainte reste la discrimination en raison de leur sexe (30 %).